Hercules & Love Affair

Dour - Belgique [Dour Festival - La Petite Maison Dans La Prairie] - dimanche 17 juillet 2011

 Hercules & Love Affair
Dour, 17 juillet 2011, vers 23h, je quitte mes amies qui voulaient profiter des derniers instants du concert de AaRON sur la Last Arena et enchaîner avec les Drums au Marquee. Je les quitte pour mieux les retrouver après, avec le – j'espère excellent – souvenir d'un concert que j'attends impatiemment depuis des semaines: celui de Hercules & Love Affair: un coup de cœur musical qui s'est amplifié à la sortie en janvier dernier de leur dernier album, Blue Songs.

J'arrive vers 23h20 à la Petite Maison dans la Prairie. Une cinquantaine de personnes sont déjà assises sur le sol, face à la scène. Le concert commence dans moins d'une demi-heure. Je n'ai pas trop de mal à me faufiler pour me retrouver contre la barrière devant la scène. Autour de moi, je remarque beaucoup de mecs bien fringués, bien coiffés, comme s'ils se préparaient à sortir en boîte. À leur côté, moi et mon jeans troué, crade, et mes cheveux sans forme et aplatis par la pluie, je me sens presque "out of tune".

Mark Pistel, un des acolytes de Andy Butler, le big boss du groupe, est déjà sur la scène. Il règle les machines, les micros avec deux autres roadies. Il quitte la scène cinq minutes avant le début du show. Les lumières s'éteignent...

Andy, capuche sur la tête, accompagné de Mark, arrive sur scène en prononçant quelques mots-bateaux et lance le son. Les trois chanteurs du groupe: Shaun, Kim Ann et Aerea foulent la scène à leur tour, en dansant. L'espace d'une heure, c'est ambiance club chez les Ingalls: la Petite Maison dans la Prairie brille au son de la néo-disco/house.
Récemment, Andy avait dit en interview qu'il estimait un concert réussi quand les spectateurs oubliaient ce qui se passait sur la scène pour se consacrer uniquement à la danse et à la musique. C'est exactement ce qui se passe ici.

Les morceaux s'enchaînent parfaitement; Andy et Mark montrent leurs talents de dj. Vocalement, les trois chanteurs assurent également, tous les trois dans un registre différent. Là où Aerea, super démonstrative, en fait des tonnes, passant en deux secondes de la Castafiore à Dark Vador, Kim Ann a une voix plus spontanée, délicieusement imparfaite. Quant à Shaun, il apporte avec sa voix chaude et profonde une atmosphère d'un autre temps à ces morceaux dance.
Sur scène, on a l'impression de voir une bande d'amis qui souvent plaisantent ensemble au milieu d'un morceau. Il est même arrivé à Andy de quitter ses platines pour danser avec Kim Ann.

La première partie du show s'achève par le divin "Blind", leur morceau le plus connu, extrait du premier opus éponyme et chanté initialement par Antony Hegarty. En rappel, le groupe joue "I Can't Wait" et "You Belong".

Le concert se termine... la lumière se fait plus intense... la foule se disperse. Minuit passé de quarante minutes... Le concert a duré un peu moins d'une heure. Dommage. J'aurais juste aimé entendre une chanson supplémentaire issue de l'album éponyme de 2008.

Je rejoins mes amies à l'espace VIP et je leur conte le superbe moment de folie douce qu'elles ont loupé... I can sleep at night/I can dream in peace...


Très bon   16/20
par Rebecca Carlson


  Setlist:
Falling
Painted Eyes
Showing Out (Get Fresh at the Weekend) (Mel & Kim cover)
Classique #2
Visitor
Step Up
Rock Me (Connie cover)
My House
Blind
>>>
I Can't Wait
You Belong


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
117 invités et 2 membres
El rodeo
Lol 91
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...