Patrick Watson

Rennes [L'Ubu] - mardi 11 mars 2008

Une bonne séance de rattrapage puisque j'avais manqué le passage de Patrick Watson durant la route du rock 2007, et me voici donc la boite à sardine de l'ubu. Il y avait du monde, beaucoup de monde, la salle affichait complet apparemment. La 1ère partie, Marie Modiano, plutôt moyenne, le programmateur de la salle qui aime et insiste pour un rappel, une chanson déjà jouée le set, c'est dire le niveau. Déjà qu'on était serré durant cette 1ère partie, voici que tout le monde pendant l'entracte tente de s'infiltrer dans la fosse, une bonne compression, 10 personnes qui rentraient pour 2 qui sortaient. La petite scène peine également à contenir tous les musiciens et instrument, le piano de Patrick Watson est positionné sur la gauche.

Les voilà qui arrive et on remarque tout de suite la tête sympathique de Patrick Watson, sympathique déjà parce que pas clean, connaissant les goûts canadien il me m'étonnerait pas qu'il ait soit bu soit fumé un bon joint (chez eux, ils les font sans tabac, bref), ou encore les 2. En tout cas, il avait des difficultés à rester sérieux par moments, mais cela nous faisait aussi rire, enfin un gars joyeux et décomplexé sur scène ça manquait !
Ce qui marque c'est que la musique est bien différente en studio qu'en live. En studio je trouvais que ça manquait d'arrangements et d'effets, et là il y en avait une bonne dose en concert. Un tempo un peu rapide, mais une musique toujours aussi sensible, qui avait tendance dans certaines chansons à partir dans des trips noise, psychédéliques voir expérimentaux. Pas assez pour que ce soit inaccessible mais tout de même suffisant pour se faire apprécier du grand public du genre ‘Waouh t'as vu il est différent des autres non ?'. Alors qu'il pioche par-ci par-là dans certaines déstructurations mais en allant pas au-delà. Mais cela restait quand même très bon et plutôt efficace. La musique ne se perd pas dans d'obscures compositions.
Et puis les prises de paroles de Patrick Watson avec son charmant accent québécois n'était pas pour déplaire. Un des grands moments de ce concert restera "The Man Under The Sea", ou Patrick Watson part dans le public pour se percher sur une rambarde et chanté a capella, poussant le public à l'accompagner et en poussant aussi sur sa voix puisque sans micro. De bonne grâce le public aide. Patrick Watson, lui reste perché, totalement dans sa musique, au propre comme au figuré.
La chanson terminée il repart sur scène, finir le concert dans le même univers musical qui caractérisait leur musique et ce concert.


Très bon   16/20
par Kaliayev


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
155 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :