Alela Diane

Bordeaux [Rock School Barbey] - jeudi 03 avril 2008

Alela Diane
Ce soir la jeune folkeuse émérite est à Bordeaux. Comme presque tous les américains venus se perdre parmi les cépages, elle entre en scène un gobelet de vin à la main en remerciant le public de la qualité du breuvage (y'a pas de quoi). Une robe à fleur un peu usée, les cheveux détachés et de longues bottes, sa tenue vestimentaire parle déjà d'elle-même. Alela Diane est issue d'un croisement entre folk profond et léger hippie et autant dire qu'ils sont peu à aller déterrer ces vestiges du temps en étant autant imprégné. Parce que la californienne n'a pas que le style mais bel et bien le goût du voyage au pays de ses ancêtres. Après avoir laissé le champ libre à sa camarade de tournée Mariee Sioux yang de sa mécène (voix stridente, compos interminables et loin d'être répétitives), Alela réapparaît cette fois pour nous faire part de ses récits. Elle débute son set seule avec sa guitare et sa voix étonnement puissante sur "Clikity Clack" dont elle restitue toute la clarté de ses arpèges voluptueux. Du côté des coulisses ses musiciens attendent le top pour venir l'épauler dans sa quête du saint folk. Et c'est sur "Tired Feet", entête de The Pirate's Gospel, qu'ils surgissent. Mariee pour les choeurs, Matt Bauer au banjo et son papa à la mandoline avec qui elle communiquera beaucoup sur scène. A eux quatre, ils parcourent le premier disque dans sa quasi intégralité le coupant soit avec des titres de son nouvel EP Songs Whistled Through White Teeth avec notamment "Tatted Lace", "My Brambles", "Lady Divine" caressante et "Dry Grass & Shadow" lancinante tirant un peu sur la pop, soit en reprenant des classiques du genre. En l'occurrence sont du voyage la traditionnelle "The Cuckoo", "Light Green Fellow" de Michael Hurley et bien d'autres. La dynamique du concert est intéressante puisque Alela Diane fait un réel effort pour nous faire parcourir en très peu de temps tous les côtés de cette culture américaine et les artistes qui l'ont marquée. Cependant et malheureusement cette musique reste très confidentielle surtout lorsqu'elle est présentée avec des effectifs réduits. Voir la belle au visage rond et l'écouter tranquillement est agréable mais ses chansons sont lentes et assez répétitives du coup sur une heure et demie le temps paraît assez long, ça manque de piquant. L'interprétation est pourtant irréprochable mais on se serait bien vu profiter de cet instant autrement, un feu de camp au plein milieu d'un désert pour faire dans les clichés. Il n'en reste pas moins des moments forts, je pense à "Sister Self" et ses claps ou "Oh! My Mama" interprété en rappel d'une pureté à faire fondre. Un bon moment...


Sympa   14/20
par TiComo La Fuera


  Setlist :

Clikity Clack
Pieces Of String
Tired Feet
The Cuckoo
Sister Self
Light Green Fellow
The Red Tail Hawk
Tatted Lace
Sea Lion
Can You Blame The Sky
My Brambles
The Pirate's Gospel
Dry Grass & Shadow
White As Diamonds
To Be Still
The Riffle
>>
Oh! My Mama
Lady Divine


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
102 invités et 4 membres
Zebulon
X_Plock
Pab
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?