Jeffrey Lewis

Paris [Le Triptyque] - vendredi 29 juin 2007

Parfait, ce n'est pas a priori le terme exact pour qualifier un set du foutraque Jeffrey Lewis, flanqué de son frère Jack. Et pourtant...
Et pourtant, le sourire qui fait plaisir à voir et qui ne le quitte jamais, les intermèdes bavards au débit de mitraillette, la bonne humeur non feinte face à une malencontreuse coupure de micro, l'illustration en direct des paroles les plus absconses de Kurt Cobain, opération absurde mais jouissive de reprise par le dessinateur plutôt que par le musicien, le quart d'heure de rab lumières allumées parce que personne sur scène n'a envie d'arrêter de jouer ni dans la salle de se barrer, tout cela frise une forme de perfection généreuse et touchante qui fait foutrement du bien.
La scène est définitivement le meilleur écrin pour la musique attachante de cette sorte de troubadour totalement atypique, qui ne surjoue pas la bohème mais vit à l'évidence les deux pieds dedans. Pas crâneur, pas poseur, pas j'm'en foutiste, même pas fou, juste bon, et on en redemande.
Jeffrey Lewis a la gueule de votre voisin de palier, ou de votre meilleur pote. Comment de ce petit mec peut émaner autant de grâce communicative ?


Parfait   17/20
par Dirkbogarde


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?