Midlake

Paris [La Cigale (Festival Des Inrocks)] - samedi 11 novembre 2006

Certains groupes sont plus à l'aise en studio que sur scène. Midlake semble faire partie de ceux-là. Alors que leur superbe deuxième album laissait augurer des moments de grâce sur scène, ce samedi soir, à la Cigale, j'ai eu mal pour eux.

Pourtant, les amateurs de mélodies léchées les attendaient de pied ferme : après une bonne mais trop courte entame des féeriques Bat For Lashes, il a fallu subir les aboiements saccadés de Love Is All, puis les envolées approximatives de Guillemots. Et quand enfin on commence à ouvrir grand les oreilles pour y recueillir les précieuses mélodies, une espèce de disco-mobile exaspérante accompagnant une chanteuse qui ferait passer Lio pour Françoiz Breut nous gratifie d'un intermède particulièrement pénible. C'est dire s'ils sont attendus, les petits américains !

Dès le début, ça s'engage plutôt mal : des larsens persistants et un tempo hésitant gâchent les deux premiers joyaux, dont le sublime "Young Bride". Les deux guitaristes-claviers et le bassiste apparaissent crispés, le nez dans leurs instruments, occupés à faire défiler les images au dessus de leur tête pour détourner l'attention de la prestation du groupe. Photos de la pochette, extraits de films, tout est bon pour nous faire croire qu'on est en train de visionner leurs clips plutôt que d'assister à un concert de rock. Leur musique semble ramollie par le live, ce qui est tout de même paradoxal! Et puis arrive l'impensable: au beau milieu de "Roscoe", l'un de leurs chefs-d'œuvre, le batteur s'arrête. Surpris, les autres interrompent le morceau. Après vérification, il ne s'agit que d'un problème avec la pédale de grosse caisse. De cet incident grotesque va surgir une petite lueur d'espoir: à la satisfaction générale, le groupe reprend "Roscoe" au début et nous en livre une version plus pêchue, soutenue par les applaudissements d'un public compréhensif acquis à leur cause. Le réveil a sonné. Il ne durera pas, le concert étant presque terminé. Un petit rappel plutôt enlevé nous laisse imaginer ce qu'aurait pu être une mise en valeur honorable de leurs extraordinaires compositions si nos amis avaient mieux supporté la pression.


Pas terrible   9/20
par Myfriendgoo


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
342 invités et 2 membres
Slowdown
Lulum
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?