Discussions et Dérapages
Les aventures de Plock et Zebulon
 


Posté le 02 octobre 2020 à 19 h 54m 46s

"Dans le temps on interviewait Brel Brassens, Ferré. Maintenant on interview Zebulon d'Xsilence"
On a les stars qu'on mérite, je suppose.

"Gaylord près d'un halogène Boulanger qui fait pas le taf"
Le pire c'est que c'était exactement ça.

"On parle de garde du corps (?!), fonction attribuée à Francis Lalanne, d'avocat conseil pour ma personne..."
Désolé mais tes rêves de grandeur s'arrêtent là, tu es toi aussi garde du corps.

"Moi je peux vous en parler de Zebulon je l'ai rencontré une fois dans un bar, autour d'un jus de pomme. C'est un père de famille tout ce qu'il y a de plus mesuré, bien loin de l'image que quelques personnes en mal de frisson tentent de lui coller."
Ca ressemble quand même beaucoup à une tentative de noyer le poisson et m'empêcher de continuer mon reportage, en essayant de faire passer Zebulon (ton employeur, comme par hasard...) pour un monsieur-tout-le monde anodin et inoffensif...
Bien tenté, mais non.


Posté le 02 octobre 2020 à 22 h 27m 32s

Ça pouvait être crédible son histoire à jacky, mais le jus de pomme vient tout foutre en l'air... qui peut croire ça ?


Posté le 04 octobre 2020 à 15 h 30m 36s

Pas faux.

Autant j'ai failli tomber pour cette sordide histoire d'arnaque à la petite semaine, autant le coup de jus de pomme...


Posté le 06 octobre 2020 à 19 h 36m 18s

Il est encore temps de participer à notre grand jeu-concours de la rentrée.
Comme vous êtes mous du bulbe, je vous aide avec un QCM :

1) Quel est le nom de la secrétaire de Zebulon?
a - Géraldine Malette
b – Géraldine Sacoche
c – Annie Girardot

2) Combien d'étages comptent les locaux de Radio Grand Brive ?
a – Un seul
b - 66
c - 666

3) De quelle matière est composée le fameux livre maudit "le Casimirikon" ?
a - De papyrus
b – De peau humaine
c – D'épluchures de pommes de terre

4) Quel est le premier déguisement employé par Plock pour essayer de " choper Zebulon " ?
a – Plombier
b - Coiffeuse
c – Femme de ménage

5) Qu'est-ce que perd Plock lors de chacune de ses premières tentatives (et échecs) ?
a – Une perruque
b – Son slip
c – Sa dignité

6) Où se rend Plock pour faire revenir à la vie les membres décédés d'Asyl ?
a – Au cimetière du Père-Lachaise
b – Chez la grand-mère de Zebulon
c – Dans une décharge publique

7) Qui est Gustave ?
a – L'assistant de Zebulon dans les premiers épisodes
b – La petite sœur de Plock
c – Le plomber d'Annie Girardot

8) Où l'avion dans lequel se trouvaient l'avion des membres d'Asyl s'est-il écrasé ?
a - Sur l'île de Ré
b – Dans le triangle des Bermudes
c – Dans le jardin d'Annie Girardot

9) Qui sont les deux gardes du corps de Zebulon ?
- Jacky et Jacquouille
- Francis et François
- Jacky et Francis

10) Qu'est-ce que la FRPZ ?
a – Fédération Régionale de Plomberie Zebulonienne
b – Fondation de Recherche sur le Postérieur de Zebulon
c – Front Républicain Post-Zebulonien

Question subsidiaire :
11) A partir de quel capital de départ Zebulon a-t-il bâti sa fortune ?
a – Proxénète
b - Mannequin bébé pour des pubs
c – Chauffeur d'Annie Girardot


Posté le 09 octobre 2020 à 15 h 23m 55s

Bon, Zebulon a donc gagné, malgré sa performance très moyenne.

Quelque part c'est pas illogique qu'il se retrouve en tête à tête avec Plock (et ce dans un cadre saugrenu)...

(Adieu Zebulon, je t'aimais bien.)

Pour les autres, bientôt la suite de l'épisode.


Posté le 11 octobre 2020 à 22 h 35m 31s

La porte de la loge de Zaza la petite reine du disco (qui n'est autre que Zebulon) s'ouvre sur un mystérieux admirateur, caché derrière un immense bouquet...
- Il me semble vous connaître, monsieur... ?
- Oh... on me le dit souvent... C'est juste que j'ai un physique très banal, donc on me prend tout le temps pour quelqu'un d'autre, il y a tellement de gens qui ont un physique banal... Logique.
- Ah oui, c'est pour ça. Quel est votre nom, cher admirateur ?
- Euh... mon nom est... Ckolp. Mes hommages, Madame Zaza.
- Enchanté monsieur Ckolp, mais entrez donc ! Et merci pour les fleurs hihi.

Plock pénètre dans la loge (même s'il aimerait pénétrer dans autre chose), un vrai bric à brac, amas de coffres au trésor de tous styles et de toutes tailles, débordant de divers costumes et accessoires, dans le plus grand désordre.
- Prenez place monsieur Ckolp, voulez-vous une coupe de champagne ? Il est bon, enfin pour du frelaté...
- Volontiers Madame Zaza, les harengs m'ont donné une soif que la bière locale n'a su étancher...
- Vous alors, vous êtes un vrai poète, dites-donc ! Mais buvons donc... Aux arts de la scène ! Ze chaud meuste gau on !
- Aux arts de la scène ! Je dédie ces fleurs à votre grâce, à votre féminité, et à vos talents d'artiste...
- Hihi vil flatteur, vous allez me faire rougir...

Plock exulte. Il semble près de conquérir le coeur de la belle – en tout bien tout honneur, car il ne compte pas tromper sa femme, il veut juste se prouver qu'il plaît encore.
- C'est idiot mais... quand vous avez chanté en anglais, votre accent m'a vaguement rappelé quelqu'un...
- Ah oui ?
- Oh et puis non, c'est ridicule...
- Non, dites-moi...
- Hé bien, ça m'a fait un peu penser à l'accent anglais de Zebulon, vous savez, l'animateur radio... accent qui, il faut le dire est assez... unique.
- Oui, je sais qui c'est, comme tout le monde... Mais vous savez, concernant son accent, il n'en a pas toujours été ainsi, monsieur Ckolp...
- Comment ça ?
- Autrefois, Zebulon était doté d'un accent anglais irréprochable.

A ces mots, Plock est interloqué, il s'étouffe dans son verre et manque tomber de sa chaise...
- Vraiment ? J'ai du mal à y croire...
- Ne vous moquez pas, sa prononciation était au-dessus de tout soupçon. En fait il donnait même des conférences de linguistique dans le monde entier sur comment prononcer la langue de Shakespeare. Pour vous dire, des professeurs d'université très réputés le contactaient quand ils avaient un doute. Ca y allait, Oxford, Harvard...
- C'est bizarre, vous en parlez comme si vous aviez vécu cela...
- Non non mais j'ai lu la presse de l'époque, voilà tout. Il est important de s'informer, vous ne trouvez pas ? Et comme Zebulon est un peu le phare de notre civilisation...

Zaza rougit un peu, au risque de trahir sa véritable identité, mais heureusement, "elle" est maquillée d'une couche de fond de teint tellement épaisse (en fait, plusieurs couches...) que Plock n'y voit que du feu.
- Mais alors... que s'est-il passé, comment a-t-il perdu son accent ?
- L'accident bête... Le coup classique. Un jour, il a écouté une musique qui lui a causé un choc cérébral... Hospitalisation en urgence, réanimation, tout le tintouin... Les médecins ont fait tout ce qu'ils ont pu, mais la zone de son cerveau affectée à la prononciation de l'anglais a été trop sévèrement touchée. Il a tout perdu, un vrai drame...
- Oui, c'est horrible, mais... c'était quoi cette musique, au juste ?
- La musique d'un certain Tonioux...

Zaza, dont la mine s'est assombrie depuis déjà quelques minutes, ne peut s'empêcher de verser une larme – larme qui tombe lamentablement dans sa coupe de champagne frelaté, entraînant sur son passage une masse pâteuse, mélange de mascara et de fond de teint.
- Veuillez m'excuser Monsieur Ckolp...
- Je vous en prie... Mais parlons donc d'autre chose.
- Oui, merci... Au fait, j'ai l'impression que sous votre chemise fantaisie se trouve un t-shirt Zebulon ? J'ai cru reconnaître son logo...
- Vous avez vu juste... C'est un t-shirt que j'ai acheté à la boutique de souvenirs du MPZ (NDLR : Musée du Posterieur de Zebulon). C'est écrit " I ZeButt ", un petit jeu de mot-clin d'oeil...

La petite reine du disco, charmée, laisse échapper un petit rire cristallin, qui ne laisse pas notre Plock indifférent...
- Hihihi. Alors vous, vous avez de l'humour.
- Disons que je voulais quelque chose de plus original que les habituels " I Zebulon " que tout le monde a.
- Oh ils sont bien quand même...
- Oui mais de toute façon, j'en avais déjà une quinzaine, de toutes les couleurs...
- En tous cas ce musée est vraiment superbe, moi qui ne suis pas très culture, j'y fais un tour à chaque fois que je suis de passage à Brive-la-Zebularde.
- Vous voulez dire Brive-la-Gaillarde ?
- Non non, maintenant on dit Brive-la-Zebularde !
- Ah oui c'est vrai, j'avais vu ça aux infos de Jean-Pierre Pernaud...

- Vous êtes fan de Zebulon, alors ?
- Disons que je collectionne tout ce qui a trait à Zebulon. Sans vouloir me vanter, je suis l'heureux propriétaire de la plus importante collection de photos de Zebulon en short connue à ce jour...
- Il faut dire que ce Zebulon a des jambes magnifiquement galbées...
- Des Chinois et des Saoudiens ont tenté de me la racheter, j'ai même eu une tentative de cambriolage, mais je tiens bon...
- C'est fou !
- Pour ne rien vous cacher, je suis mentionné dans le Guinness Book des Records pour ma collection, c'est ma petite fierté héhé...

- Mais dites-moi, mon cher Ckolp, d'où vous vient cet intérêt... soutenu, pour Zebulon ?
- Euh... Une longue histoire... En fait... euh... je suis atteint d'une maladie rare...
- Comment ça ?
- Hé bien... il s'agit d'une maladie qui me pousse à collectionner tout ce qui est en rapport avec les vedettes de la radio dont le nom commence par Z.

- Ah ? Jamais entendu parler... Mais vous avez attrapé ça comment ?
- Ils ne savent pas trop... C'est une maladie auto-immune il semblerait.
- Mais... vous êtes soigné au moins ?
- La médecine est impuissante, Madame Zaza, il n'existe aucun remède... Les laboratoires travaillent sur un vaccin, mais bon, les fonds pour la recherche sont maigres... Je suis le seul dans le monde entier à avoir cette maladie, donc bon...
- Mon pauvre... Une maladie orpheline, donc ?
- Oui, c'est ça, d'ailleurs je l'ai attrapée à l'orphelinat.
- Vous avez été élevé dans un orphelinat ?
- Oui... mais c'est une autre histoire...

- Je comprends, parlons d'autre chose.
- Madame Zaza, parlez-moi un peu de vous, j'aimerais tant connaître la femme derrière l'artiste...
- Eh bien, Monsieur Ckolp, à ce sujet, j'ai un aveu à vous faire, je ne suis pas celle que vous croyez...

---[Edité le 11/10/2020 à 23 h 32 par Gaylord]---

Posté le 12 octobre 2020 à 09 h 02m 42s

Ce dialogue, il va falloir qu'Eric et Ramsy soient bien réveillés pour l'interpréter, la scène de leur vie !

La diva qui reçoit son admirateur avec le bouquet de fleurs n'est pas sans me rappeler Bianca Castafiore et le colonel Spontz dans l'affaire Tournesol


Posté le 15 octobre 2020 à 16 h 11m 07s

Je viens de m'apercevoir que dans la vraie vie Zebulon a presque 10 piges de plus que moi...Est ce que cela pourrait expliquer ce twist scénaristique ?


Posté le 15 octobre 2020 à 16 h 38m 24s

Un bug de la matrice, lors de la fin du monde en 2012, je me suis réveillé le lendemain avec 10 ans de plus et l'envie furieuse de faire une émission de radio


Posté le 15 octobre 2020 à 20 h 23m 57s

... Et avec par la même occasion, une inexplicable et suspecte mais durable obsession pour un groupe dont le nom commence par A.


Posté le 15 octobre 2020 à 21 h 10m 48s

Ha non, A, c'est depuis 2004


Posté le 22 octobre 2020 à 19 h 06m 23s

Le huis clos se poursuit dans le débarras miteux qui sert de loge à Zaza, la petite reine du disco. Celle-ci, qui se produit dans un cabaret sordide du port de Libourne, n'est autre que Zebulon, qui se prépare à faire une révélation à Plock :
- Eh bien, Monsieur Ckolp, à ce sujet, j'ai un aveu à vous faire, je ne suis pas celle que vous croyez...

Mais pour mieux comprendre les enjeux de ce moment crucial, revenons un peu en arrière...
La nuit précédente, Plock est en train de rêver, en sueur dans son lit, son épouse à ses côtés.
Il se trouve à bord d'un vaisseau de pirates.
Le bâtiment est battu par des flots déchaînés. L'équipage est à la poursuite d'un galion espagnol chargé d'or et se prépare à l'abordage.
Plock ne sait pas trop ce qu'il fait là, il ne sait même pas s'il fait partie des pirates ou non. Il est complètement perdu au milieu des forbans qui s'agitent de tous côtés.
Mais sa stupeur ne s'arrête pas là. Son regard est soudainement attiré par le pavillon du navire qui claque au vent.
Il hausse la tête et s'aperçoit qu'en lieu et place de l'habituel figure composée d'un crâne et deux fémurs entrecroisés sur fond noir se trouve le visage de Zebulon, mais mélangé à celui de Peggy la Cochonne du Muppet Show, le tout sur un fond doré et pailleté...
Il pousse un cri d'effroi, qui est vite couvert par les ricanements des pirates, qui tournent tous en même temps le regard vers lui...
Plock s'aperçoit alors qu'en plus ils ont tous le visage de Zebulon ! Sauf qu'il est déformé par un rictus démoniaque...
Tous les pirates s'approchent lentement de lui, sabre d'abordage à la main.
La scène est rendue encore plus sinistre par le son assourdissant et continu d'une corne de brume.
Celle-ci se transforme en fait en une sonnerie de radio-réveil, qui tire Plock de ce cauchemar atroce. Il se réveille en sursaut et en poussant un cri, qui inquiète sa femme :
- Plock, tu as encore fait un cauchemar ? J'espère que ce n'est pas encore à propos de ce Zebulon...
- Non non...

A sa décharge Plock ne ment qu'à moitié. Il a bien rêvé de Zebulon la nuit précédente, mais c'était loin d'être un cauchemar...
Dans ce songe, Plock meurt après avoir ingéré une trop grande quantité de harengs.
Sans transition, il se retrouve d'un coup dans un environnement complètement éthéré et psychédélique.
Il est au milieu des nuages, dont le contact est doux et voluptueux. Ces nuages ne sont pas tout à fait blancs, ils se parent de subtiles nuances rosées ou bleutées, dans des teints pastels, et sans cesse changeants, créant un léger effet hypnotique, à la fois relaxant et un peu euphorisant.
Il commence à se laisser porter par cette ambiance, les yeux dans le flou, mais un personnage entre dans son champ de vision.
- Salut, je suis saint Pierre.
- Euh... salut...
L'homme qui lui adresse la parole est une sorte de vieux hippie aux cheveux longs couronnés de fleurs, vêtu d'un pagne coloré, un verre à la main et à l'autre une sorte de pipe d'où sort une espèce de gaz coloré qui prend toutes sortes de formes.
Plock s'abandonne d'ailleurs au spectacle de ces formes sans cesse changeantes, mais la voix de saint Pierre le tire de sa rêverie :
- Mec, tu en veux, c'est de la bonne ?
Cette voix... Elle semble familière. Plock regarde le personnage et s'aperçoit que son visage est celui de Zebulon !
Il s'apprête à se jeter sur lui !
Mais à cet instant, il entend derrière lui une ambiance sonore formée d'eau qui s'écoule d'une source, de harpe et de rires féminins cristallins.
Il se retourne une seconde, puis revient à sa place initiale, mais Zebulon a disparu !
Il se trouve dans une vallée idyllique reposant sur les nuages cotonneux, formée de toutes sortes d'arbres et végétaux paradisiaques, d'une cascade d'eau vive et pure, de parterres de fleurs... Des papillons volettent dans les airs, des perroquets et autres oiseaux multicolores chantent et volent de branche en branche.
Plock entend de nouveau ces rires cristallins féminins... Il s'approche des arbres. Il s'enfonce dans le massif forestier en suivant un sentier mais arrive vite à une clairière derrière ce qui n'était qu'un rideau d'arbres.
Là se trouvent toutes sortes de créatures de rêve, par centaines, qui se tiennent la main en formant un cercle. Tout en faisant la ronde elles semblent toutes chuchoter quelque chose en choeur, comme une douce psalmodie.
Elles sont à peine vêtues de pagnes de paille et de soutien-gorges en noix de coco, qui mettent parfaitement en valeur leur pastique parfaite.
Déjà émoustillé, Plock s'approche...
Il entend de plus en plus clairement le mantra égrené lascivement par les naïades : " Intérieur, extérieur... Intérieur, extérieur... Intérieur, extérieur... ".
Il commence alors à être pris d'un doute, une sorte de pressentiment... Il s'aperçoit très rapidement que chacune de ces femmes a le visage de Zebulon !
Les émotions de notre Plock sont mêlées et il ne sait plus où donner de la tête, un peu comme un enfant obèse, boulimique et diabétique qui se retrouverait d'un seul coup dans une boutique de confiseries.
Mais en tous cas il commence à se lancer à la poursuite de ce troupeau de nymphettes qui se disperse en poussant des cris, bien décidé à en attraper le plus possible...
Bizarrement, il continue à entendre distinctement le bruit de la cascade malgré tous ces hurlements hystériques. De plus en plus distinctement, même.
Plock se réveille, il avait en fait réglé son radio-réveil en mode " cascade " !
Sa femme le secoue doucement :
- Plock, Plock, réveille-toi, tu vas être en retard pour ton travail, ça fait 20 mn que ton réveil sonne !
- Oui oui, c'est bon...

Mais retournons dans la loge où se trouvent Plock et Zebulon en tête-à-tête...
- Alors voilà... (Zebulon se racle la gorge.) Je suis fan d'Asyl...
- Oh, ce n'est pas si grave, si vous saviez tous les trucs honteux que j'écoute...
- Mais ce n'est pas tout... Monsieur Ckolp, vous êtes un homme charmant, qui gagne à être connu, et je vois très concrètement que vous n'êtes pas insensible à ma beauté, si vous voyez ce que je veux dire... mais sachez que je ne mange pas de ce pain là...
- Que voulez-vous dire ?...
- Je suis une lesbienne, Monsieur Ckolp. Notre amour est donc impossible.
- Ah ? Une femme comme vous ? Je n'aurais pas cru...
- Toutes les lesbiennes ne sont pas des camionneuses, Monsieur Ckolp.
- Oui je sais bien, mais tout de même, je ne m'y attendais pas... Enfin de toute façon je suis marié, à mon tour de vous faire un aveu.
- Bon, ça règle le problème.
- Je vais prendre congé, Madame Zaza, sans vouloir être impoli.
- Pas de problème, laissez-moi vous raccompagner jusqu'à la porte.

Zebulon se lève de sa chaise à la suite de Plock. Mais le champagne frelaté a fait son effet, et de surcroît il oublie qu'il est en talons aiguille... Plock entend un bruit et se retourne, Zebulon qui a titubé se vautre lamentablement de tout son long à ses pieds ! Sous l'effet de la chute, la perruque de Zebulon s'envole littéralement. Plock est médusé :
- Mais... attendez... je ne comprends pas...
Zebulon relève doucement la tête en direction de Plock, son regard est celui d'un bébé phoque sur la banquise qui s'apprête à recevoir le coup de grâce de la part d'un trafiquant de fourrure...
Un Plock qui n'en croit pas ses yeux...

---[Edité le 22/10/2020 à 19 h 09 par Gaylord]---

Posté le 22 octobre 2020 à 21 h 10m 37s

La vie "reelle" du personnage de plock est à peine moins tarée que ses rêves inspirés par le trésor de rackam le rouge ou Scrat, l'écureuil obsédé de l'âge de glace !


Posté le 23 octobre 2020 à 14 h 12m 33s

Je ne pense pas avoir déjà été à une distance aussi proche du "bébé phoque" de toutes les aventures de Plock et Zebulon !!!


Posté le 23 octobre 2020 à 14 h 40m 23s

C'est clair que çela craint
Pour mon matricule
La suite peut-être, demain...




   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13 ...  29  30  31   
:: Liste forums :: Liste sujets :: 
Recherche avancée
En ligne
271 invités et 2 membres
Machete83
Dale
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?