Discussions et Dérapages
Que lisez-vous en ce moment ?
 


Posté le 10 février 2021 à 23 h 09m 27s

Bon ben tout le contraire de Jonquet, pas de style particulier, tout dans l'efficacité.
Dévoré Mygale en 4 jours, ça c'est du page turner. (Datant de 1984 et adapté par Almodovar en 2011)
Je vais sans doute lire d'autres bouquins de cet auteur !


Posté le 13 février 2021 à 12 h 31m 11s

Quelques lectures récentes :
"Le reste n'était qu'obscurité-l'histoire orale de Joy Division" de Jon Savage, élégamment publié chez Allia. D'ordinaire je ne suis pas fan de ce genre de livre organisé en tranches d'interviews ici augmentées de courtes chroniques de presse. Dans ce cas c'est pas mal, certainement la qualité des intervenants et leur honnêteté. J'aurais bien aimé que le livre continue après mai 1980 avec la postérité grandissante du groupe. Malgré tout je me demande toujours quel est le travail de l'auteur dans ce type de livre, c'est plus un collecteur et un organisateur selon moi.
https://editions-allia.com/fr/livre/868/le-reste-n-etait-qu-obscurite

"Le Train" de Simenon. Un "roman dur", une histoire courte et une écriture digne de la haute couture. Une fois de plus chez Simenon les hommes n'en sortent pas grandit !
https://www.association-jacques-riviere-alain-four ... _Train.htm

"Simenon ou le roman gris" de J.B Baronian, une série d'articles sur différents aspects des "romans durs", intéressant.
https://www.editionstextuel.com/livre/simenon-ou-l ... %A9ritier.

Et un peu de gaîté dans cette grisaille avec le cinquième volume de "L'Arabe Du Futur" C'est une nouvelle fois super bien fait, j'ai hâte de lire le sixième (et dernier ?).
Riad Sattouf est un auteur aussi bon qu'un Franquin je trouve. Je l'avais découvert dans Charlie Hebdo, puis avec "Le manuel du puceau" et "Ma Circoncision" que je relis de temps en temps pour bien me marrer.


Posté le 13 février 2021 à 12 h 56m 30s

@Nico,

J'ai terminé Betty ce matin, c'était vraiment bien.
Une histoire dure, mais jamais plombante (un peu quand même), une belle écriture, des personnages tellement réussis (Betty of course, quel héroïne, mais aussi et surtout le père, il va me suivre longtemps), franchement, ce roman mérité largement son succès (pour une fois ?).

Comme prévu, je me lance dans l'inédit d'Edward Abbey.


Posté le 13 février 2021 à 13 h 07m 16s

@El Rodeo : "Betty" est un de mes préférés parmi ceux que j'ai lu, avec "La Chambre Bleue".

Abbey, j'ai raté le coche avec "Le gang..", il faut que je rééssaye.

Tu connais l'autre "Betty", celui d'Indridason ?

---[Edité le 13/02/2021 à 13 h 08 par NicoTag]---

Posté le 13 février 2021 à 13 h 26m 14s

C'est pas le Betty de Simenon que j'ai lu hein ! Ni celui d'Indridasson non plus...


Posté le 13 février 2021 à 14 h 51m 06s

Ah oui, c'est celui chez Gallmeister ! Et c'est comment ? Est-ce que ça vaut vraiment tout le battage qu'il y a autour ?

Sinon tu as lu les autres "Betty" ?
J'ai découvert Simenon après avoir vu l'adaptation de "Betty" par Chabrol. J'avais l'image de Jean Richard dans Maigret, qui ne donne pas envie d'aller plus loin. Et puis je suis tombé dans ce qu'il appelle ses "romans durs", et je n'ai que rarement été déçu sur la vingtaine que j'ai lu.
Celui d'Indridason c'est un libraire nantais qui me l'avait conseillé. Très bon conseil d'ailleurs.


Posté le 18 février 2021 à 21 h 32m 18s

J'ai acheté "Le Choc du Glam" uniquement parce qu'il est de Simon Reynolds. Et grand bien m'en a pris.
J'en suis au tiers de ce pavé de 700 pages découpé en 12 chapitres, dont 5 sont plus ou moins consacrés à David Bowie. Il y a longtemps que je n'avais pas lu un aussi bon livre d'histoire musicale, c'est intelligent, érudit, jamais prétentieux ni ennuyeux.
Reynolds est tellement fort qu'il arrive à me faire lire des chapitres sur Alice Cooper, Suzi Quatro ou The Sweet, artistes dont je n'ai vraiment rien à foutre, et en plus avec mon téléphone à côté pour écouter vite fait les morceaux que je ne connais pas.
Bon, j'y retourne !


Posté le 19 février 2021 à 00 h 57m 04s

J'ai fini "Révolutionnaire et dandy. Vigo dit Almereyda", d'Anne Steiner aux éditions l'Echappée

Une biographie de cet anarchiste français du début du XXème siècle dont la trajectoire était faite de beaucoup d'évolutions successives (ou, selon les chapelles, de reniements successifs)

J'avais quelques notions sur le bonhomme, ses débuts, quelques virages, sa fin (essentiellement parce qu'il s'agit du paternel de Jean Vigo et que ce dernier avait consacré quelques unes de ses maigres années à essayer de documenter/réhabiliter sa vie)

Ce bouquin retrace bien son parcours et, surtout, le contexte idéologique et politique de l'époque, c'est super intéressant et un peu triste aussi, la vie et la fin du monsieur sont quand même bien badantes

Bref, très bonne lecture, je vais essayer de lire d'autres livres de cette madame Anne Steiner


Posté le 19 février 2021 à 20 h 31m 16s

@Santiagoo, ça a l'air super intéressant, connaît pas du tout, merci du tuyau je vais aller voir ça!!!!

Alors je suis revenu vers Damasio pour essayer de finir les Furtifs. Je suis arrivé au 2/3 et j'ai lâché. Mais quelle purge. Mais quelle bouse. C'est nul à chier, et je pèse mes mots. C'est nul, il n'en reste rien. C'est tout ce que je déteste dans la littérature, là où le propos déforme complètement le fond. Mais quel ennui ; que de caricatures (et pourtant, putain je suis un gaucho) mais là, on dirait carrément un tract de la France Insoumise pour les élections municipales d'un bled du Vaucluse ou BDR des années 2040. Mais il ne sait pas du tout où il va Damasio quand il écrit son bouquin. Le propos politique prend complètement le pas sur l'intrigue (qui est à la base bien trouvée, ce père à la recherche, et cette histoire du furtifs) ; on se retrouve avec des chapitres (celui sur la ZAD des les îles résistantes sur le Rhône est d'un putassier...) carrément imbuvables ; juste des chapitres théoriques (le chapitre quand le personnage principal prend un taxi) avec des références pourries aux systèmes de surveillance de Foucault ou aux images mouvements de Deleuze. Mais putain c'est d'un chiant.
Et alors le pompon, c'est quand même cette dualité sans nuance entre les bons gauchos et les méchants capitalistes ; le pire c'est que c'est même pas ce que pense Damasio. Il est habituellement dans la nuance, dans la complexité. Le tout porté par une polyphonie dégueulasse qui reprend les mêmes codes que la Horde du Contrevent. C'est ultra-artificiel ; on le voit écrire, c'est le moins que l'on puisse dire. Et alors, les trucs hyper niais qui traversent sans cesse le livre, du genre l'amour, la détermination contre la domination, la liberté par le collectif. Putain mais quel manque de poésie. Quelle horreur ; c'est censé être un livre qui éveille les sens ; c'est tout le contraire. C'est complètement inoffensif.

---[Edité le 20/02/2021 à 08 h 16 par Reznor]---

Posté le 19 février 2021 à 20 h 40m 33s

Les auteurs de gauche sont généralement médiocres. C'est pas étonnant.


Posté le 19 février 2021 à 20 h 51m 33s

C'est très étonnant par contre que tu sois aussi bête... d'une bêtise crasse. Bêtise qui s'accompagne d'une inculture conséquente, notamment en littérature. C'est assez dingue comme tu peux en faire la publicité à travers tes messages tous plus cons que les précédents. Plus tu tapes sur ton clavier, plus tu tournes à vide. Tu me fais penser à mon hamster quand j'avais 8 ans. Je le trouvais con à l'époque, et je l'avais un peu oublié. J'y repense ce soir en lisant ton message tu vois. Mais le plus étonnant, c'est que tu continues à te faire passer pour quelqu'un qui connaît et apprécie des choses. Pourtant, chacun de tes messages montre le vide abyssal de ta pensée et ton incapacité à lire le monde d'une manière un tout petit peu complexe.
Mon message ne faisait pas du tout allusion à ce que tu racontes. Je ne dis pas que Damasio est un piètre écrivain parce qu'il est de gauche mais parce que le propos politique prend le pas sur la poésie. Mais je crois que tu es trop bête pour ne pas lire les messages avec subtilité, Tu es binaire. Pourquoi pas après tout. Allons-y. Soyons-le aussi. Citons quelques exemples.
C'est vrai qu'hier et aujourd'hui, il manque d'exemples de bons écrivains de gauche. Bon allez, je vais faire un effort, et en citer juste quelques uns. La révolte contre la bourgeoisie au tournant du XXe siècle, avec Rimbaud, Mallarmé, puis plus tard les surréalistes? Attention, la suite va sûrement te sembler obscure : Tu as entendu parler de Marguerite Duras? André Gide? Aragon ça te dit? Y'a aussi un philosophe qui a écrit quelques romans et autofictions (et qui a eu son petit impact malgré tout) : Jean-Paul Sartre. Camus aussi non? Alleeeezzzz fais un effort. Tu sais, il a écrit La Peste, on l'étudie des fois au collège! Je crois que t'es prof, ça doit forcément te dire quelque chose!
Je sais pas moi, les combats de Virginia Woolf contre les institutions anglaises et les conceptions de la société de l'époque? Toujours chez les anglais? Je sais pas trop, laisse moi réfléchir. Ah! je crois que quelqu'un me souffle George Orwell. Je connais pas. On me conseille 1984. Paraît que c'est pas mal! Je te tiens au courant.
Aux États-Unis on me dit James Baldwin. Tu connais? Ah, ça me fait associer avec Toni Morrisson. Ils sont noirs. C'est pas grave? Ça compte Nova? Sinon y'a Hemingway et la guerre d'Espagne contre les fascistes? J'ai employé le mot fasciste. Ça va, tu tiens le coup ou tu vas me proposer un message pourri sur la position victimaire de la société d'aujourd'hui? S'il te plaît, épargne moi ce type de bêtise. Alors, reprenons notre petit tour du monde. Moi ça me fait associer c'est rigolo finalement!
En Amérique du Sud? Alors il y a Gabriel Garcia Marquez, mais il a fait un tout petit livre, assez obscur, je ne suis pas sûr que l'on puisse le trouver aujourd'hui. C'est "Cent ans de solitude", c'est pas mal! Qui d'autres? Oh! J'allais oublier Luis Sepulveda! Je crois qu'il était de gauche.
Simone de Beauvoir? Saint-Exupéry et son engagement anti-fasciste? Boris Vian?
Voyons... aujourd'hui? Javier Cercas en Espage? Edouard Louis (certes, critiquable), Pierre LeMaître et Virginie Despentes en France? Jerôme Ferrari aussi. Il a eu quelques prix. C'est pas mal, je te le conseille! Allez, je mets Alain Damasio aussi soyons fous : "La Horde", c'est sûrement le plus grand bouquin de SF écrit par un français. On lui pardonne "Les Furtifs".
En Italie? Erri Di Luca peut-être (tu sais, les ouvriers tout ça...) Chimamanda Ngozi Adichie pour l'Afrique? J'en ai trouvé un en Roumanie, incroyable Nova non? On écrit des bouquins là-bas aussi (Eugène Ionesco : t'en as forcément entendu parler au collège non?).
En vrai la littérature, j'aime bien ça mais c'est pas mon domaine. Mais je vais m'éviter de te faire une liste si l'on parle sciences humaines là où je m'y connais un peu pour le coup ou, pire, en bande dessinée. Là aussi, y'a quelques personnes qui sont douées par l'écriture.

---[Edité le 19/02/2021 à 22 h 29 par Reznor]---

Posté le 20 février 2021 à 04 h 46m 12s


Mais quelle rage !
Bon, je ne vais pas décliner mon CV.
Je vais te laisser croire que je suis ignare.
Je m'en tape.
Je ne sais pas comment c'est possible d'être aussi con et premier degré. Le mec, il me fait un pavé en me parlant d'auteurs que tout étudiant en lettres connait et il a l'impression de m'avoir séchée...


Posté le 20 février 2021 à 07 h 30m 14s

Enfin un peu d'altruisme!!!! Un fond de culture politique de gauche en toi peut-être? Allez, à très vite, et merci encore de nous épargner une réponse vide de sens, digne des abysses

---[Edité le 20/02/2021 à 07 h 43 par Reznor]---

Posté le 20 février 2021 à 09 h 31m 00s

En fait il y a de bons écrivains de gauche (d'extrême gauche même) comme de bons écrivains de droite (d'extrême droite aussi) ; le reste ça dépend des goûts et des "prismes idéologiques" (euphémisme précieux pour "préjugés de merde") de chacun car il faut de tout pour faire un monde, tout ça, tout ça...

Mais bon généralement un engagement politique trop marqué bah ça donne rarement de la bonne littérature. Damasio étant un bon exemple, un autre de ses problèmes étant effectivement qu'il se regarde trop écrire, je suis d'accord avec le Rez, c'est pour ça que je préfèrerai toujours un Carrère, qui a un style léger, fluide, facile, qui ne sent pas l'effort ou l'épate (même si tout ce qu'il raconte, son milieu, ses préoccupations, et même sa perspective existentielle : la fin du bouquin où il t'explique, grosso modo, qu'il est sorti de la dépression parce qu'il a pu se coller une jeunette au bout de la bite, comment dire ?... c'est un peu court...) car comme dirait ce bon vieux Bergson : "L'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots" ; il n'y a rien de pire que les écrivains qui se paluchent (du genre Nabe ivre de ses calembours ringards ou les Goncourt avec leur écriture artiste truffée de mots rares ou jargonnants).

Sinon je lis en ce moment le livre qui a soi-disant inspiré le canular Qanon (vous savez la horde de gogols qui croient que Trump est le messie qui va nous délivrer de la puissante secte pédo-satanique qui gouverne le monde - le "dipstète" - qui veut remplacer la race blanche par des transgenres racisés et boit le sang de jeunes enfants - 500 000 enlevés par an par des tunnels souterrains à travers le monde, rendez-vous compte ! - pour rester éternellement jeune ; heureusement leur plan secret a été révélé au monde par des soldats digitaux - "lol" - comme Jacqueline, 52 ans, habitant au fin fond de la Creuse ou Mathéo, 33 ans, au RSA végétant dans la campagne bretonne, qui se vivent comme d'authentiques résistants et font même de la musique : https://www.youtube.com/watch?v=8V5CQYyQaGk ), "L'oeil de Carafa" écrit à huit mains par des écrivains italiens farceurs ; ça se passe pendant les guerres de religion du XVIe siècle, c'est pas mal du tout mais hormis le mystérieux Q présent dans le livre, le rapport demeure tout de même assez lointain.

Et je poursuis ma découverte de l'Italie également par la lecture des Fiancés de Manzoni, c'est très prenant cette histoire d'amour impossible dans l'Italie du XVIIe, très bien mené (plein de rebondissements romanesques) et plein de digressions passionnantes (notamment sur l'histoire de Milan), bref un sacré morceau !

---[Edité le 20/02/2021 à 09 h 37 par Ismael Jünger]---

Posté le 20 février 2021 à 09 h 51m 25s

Sans être aussi vindicatif que Reznor, j'ai moi aussi eu beaucoup de mal à venir à bout des Furtifs, que j'avais acheté dès sa sortie.
Pour moi le principal problème est que les sujets abordés dans ce livre ont déjà été traités dans "La zone du dehors" pour ce qui est du monde hyper contrôlé et la nouvelle "Annah à travers la harpe" pour ce qui relève de la recherche de l'enfant.
Sauf que le premier a la force des meilleures dystopies et la seconde la beauté émouvante de l'éphémère, de la brièveté.
Les Furtifs auraient pu être une grande nouvelle, c'est un roman ambitieux et ampoulé, même le style littéraire m'a paru caricatural alors que c'est ce même style qui m'avait bouleversé dans "La horde".




   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13 ...  532  533  534 ...  542  543   
:: Liste forums :: Liste sujets :: 
Recherche avancée
En ligne
269 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused