Sanzu

Heavy Over The Home

Heavy Over The Home

 Label :     Listenable 
 Sortie :    vendredi 13 mai 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Au moins, la biographie officielle du groupe le reconnaît : Sanzu est influencé par Gojira. Elle parle également du Morbid Angel de ces dernières années mais l'argument me semble davantage redevable à la volonté de rattacher le groupe au courant Death Métal qu'à une quelconque réalité musicale. Au mieux, j'évoquerais plutôt les Suisses de Sludge.
Dire que l'on joue du "Gojira like" n'est pas encore suffisamment parlant. En effet, compte tenu de l'évolutivité des Bayonnais, de quelle période parle-t-on ? En l'occurrence, compte tenu du son de Heavy Over The Home, de la construction même des compositions, des gimmicks de guitares et du chant, From Mars To Sirius vient immédiatement à l'esprit. Pas mon préféré, de très loin mais c'est celui qui les a fait exploser à l'international. Une fois que l'on a situé les Australiens sur la carte des genres métalliques, la question reste toujours la même : l'album est-il bon ?
En soit, oui mais la question est mal orientée. En effet, aujourd'hui, je ne connais plus vraiment de groupes qui sortent réellement de mauvais album, surtout dans l'extrême. Du fait du niveau technique de plus en plus élevé et des productions impeccables, parler de bon ou de mauvais n'a plus guère de sens. Les compositions sont systématiquement bien ciselées, avec des musiciens en place, la forme n'est plus que très rarement à remettre en cause. En revanche, le fond, lui, peut être longuement discuté.
Si je ne connaissais pas (très bien) la carrière de Gojira, j'avoue sans problème que Heavy Over The Home m'éclaterait correctement la tête et ce en dépit du fait qu'au bout de quatre titres, le sentiment d'écouter toujours les mêmes plans est prégnant. Les cassures sont énormes, les incontournables "Pickslide" sont utilisés avec pertinence, le niveau de rage est élevé sans aucune nuance, les structures sont efficaces, le batteur avoine, le chanteur n'est pas content, bref on imagine très bien que Sanzu doit cartonner sur scène et l'engouement semble justifié.
Cela dit, les parallèles avec Gojira sont tellement nombreux, tout est joué tellement à l'identique (les "Pickslide" bien sûr mais également le riffing et les déboulés rythmiques) que cela en devient gênant car si Sanzu ferait un excellent groupe de reprises, il est en revanche doté d'une bien trop faible personnalité lorsqu'il s'agit de composer, incapable de s'affranchir de ses Maîtres afin d'exister par lui-même. Énumérer les ressemblances flagrantes est inutile (tentez quand même le coup avec "Those Who Sleep In The East"), nous sommes bien au-delà du besoin de devoir argumenter quoi que ce soit.
Alors je sais bien que fut un temps, notamment en peinture, où l'imitation, devenir l'égal du Maître, était un accomplissement. Le moment où il était impossible de distinguer l'original de la copie était l'objectif de toute une carrière quand aujourd'hui on parlerait plutôt de plagiat. Néanmoins, si jamais certains d'entre-vous regrettent ce qu'est devenu Gojira et considèrent que leur troisième album est le sommet de leur discographie alors il ne fait pour moi aucun doute que Sanzu est un excellent palliatif tant il est fidèle au style.
Pour ma part, si je suis bien sûr en mesure d'apprécier la performance globale et de voir en Heavy Over The Home un disque susceptible de séduire, il est encore bien trop impersonnel pour pouvoir rivaliser avec les modèles qui ont contribué à le forger.


Sympa   14/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
328 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?