Wand

Golem

Golem

 Label :     In The Red 
 Sortie :    mardi 17 mars 2015 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Fatalement, quand on évoque un groupe californien qui allie rock furieux, glam et psyché, on pense à Ty Segall et à sa clique prolifique qui a fait mainmise sur ce genre. D'aucuns pourraient considérer que Wand fait partie intégrante de cette galaxie : ils ont fait un split-single avec Mikal Cronin (bassiste du Ty Segall Band entre autre) et ont signé leur premier album, Ganglion Reef, sur le micro label de Segall, God Records (lui-même rattaché à Drag City), ils ont même tournés ensemble... D'aucuns pourraient aussi voir en Wand une simple copie de Ty Segall et considérer qu'il vaut mieux s'intéresser à l'original qu'à la contrefaçon.

Et pourtant, il serait bête de bouder Golem pour de telles raisons au demeurant discutables.

Wand et Segall ont sans doute en commun leurs influences. On sent derrière ces murs de guitares le glam d'un Ziggy, d'un Bolan ou d'un Eno, période Warm Jets. De plus, l'évolution est assez flagrante entre Golem et Ganglion Reef : le groupe produit un son largement plus puissant et nous envoie à la figure ses riffs massifs, multipliant les incartades plus garages. Le groupe va bien souvent droit au but avec des chansons qui tapent là où il faut, sans se perdre en cours de route. Wand réussit son pari d'un album quelque peu varié. Outre les chansons corsées (à l'instar de l'excellente "Self Hypnosis in 3 Days"), le groupe se lance aussi dans des expérimentations psychédéliques planantes ("The Drift"), mais aussi dans la balade psyché de mi album ("The Melted Rope"), qui permet de respirer avant de replonger dans leurs guitares saturées agrémentées d'effets en tout genre. Bien souvent, une comparaison avec un Tame Impala sous hormones s'impose plus. C'est sans doute dans cette variété que le groupe finira par proposer quelque chose qui ne sonnera pas comme de la copie. Dans un marché qui commence doucement à saturer de groupes garage californiens, il va vite devenir nécessaire de trouver sa touche personnelle. En cela ce groupe fait montre d'un certain potentiel.

Golem est donc très bon. Il ne va pas révolutionner le genre, certes, mais Wand a le mérite de proposer quelque chose qui va sans doute régaler les amateurs du genre, tout en nous convaincant qu'il a le potentiel de proposer à l'avenir quelque chose d'encore plus fort et qui ne va pas finir par se perdre dans la masse. Allez, on y croit.


Très bon   16/20
par WillyB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
316 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :