Ed Wood Jr.

Lost.Drive.Water.Exit

Lost.Drive.Water.Exit

 Label :     Black Basset 
 Sortie :    lundi 27 avril 2015 
 Format :  Album / Vinyle   

Lost, Drive, Water, Exit. Quatre mots fort de sens, quatre mots qui parlent à chacun de nous, quatre mots qui ont un pouvoir d'interprétation démesuré. On peut leur faire dire ce que l'on veut, en trouver une signification ésotérique ou attendre la venue de (feu) Pépita pour découvrir qui de Mironton ou Barjabulle à le fin mot de l'histoire. Si en plus on associe ces mots à l'artwork de Julie Daleyden (jeune artiste très recommandable), on tient là un objet énigmatique, qui ne livrera certainement qu'une partie de ses secrets une fois posé sur la platine.

Alors non, autant rassurer certaines personnes d'entrée, ce disque n'est pas un disque sur le Math-Rock. C'est dit. Il en a certes la couleur par endroit, mais ça dépasse le cadre de la formule toute faite virtuosité+rapidité+batteur à bloc. Tout est au service des morceaux, de la mélodie, et ces deux jeunes gens ne sombrent jamais dans la démonstration chiante. Chaque titre à son identité propre, et une certaine cohérence se dévoile à l'écoute du disque en intégralité qui pourrait être un seul & même titre en plusieurs mouvements, changeant d'atmosphère au gré des envies et des cassures rythmiques bien présentes.

Les premières mesures de "Water" font un peu penser au "Kids Got Shadows In Their Eyes" des regrettés Don't Look Back, les martèlements évoque le certains titres de Health, la maîtrise générale du rythme qui se dégage de ces quatre titres est remarquable, le travail du duo sur les ambiances, sur les gouttes synthétiques qui viennent se fondre à merveille avec la guitare tonitruante (le final "Exit" dans lequel les voix se mêlent tant aux claviers qu'on ne prend même pas la peine de les dissocier), un disque bien plus malin qu'il n'y paraît à la première approche.

Au final, Ed Wood Jr. a trouvé le bon format pour ce nouveau disque. Concis & ample à la fois, ce Lost.Drive.Water.Exit hypnotise et convainc facilement, même les plus refractaires au Math-Rock. On imagine bien ces titres s'étirer sur scène, prendre plus de temps pour se déformer, se transformer en une seule bête hybride, surprenante, quelque part entre le space rock et le punk, une sorte de proto-post je ne sais quoi, à vous de juger, vous ne serez assurément pas déçus.


Bon   15/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
133 invités et 1 membre :
Arno Vice
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :