The Dead Boys

We Have Come For Your Children

We Have Come For Your Children

 Label :     Sire 
 Sortie :    juin 1978 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Dans le cimetière des grands groupes injustement oubliés du rock, on devrait dresser un monument pour les Dead Boys. Et dans celui des albums éclipsés par leur prédécesseur et la courte carrière des groupes qui les ont produits, on devrait lever une stèle à We Have Come For Your Children.

Que dire de plus? Les Dead Boys sont ce groupe punk jusqu'à l'ongle à qui on n'a rien à reprocher en terme de pedigree (issus de Rocket From The Tomb et protégés des Ramones), ni en terme de démarche (2 albums seulement, envoyer bouler leur label qui leur reproche de ne pas faire assez "punk"), et encore moins en terme de qualité ("Sonic Reducer", les gens?).

Avec ça, et un premier album excellent, on pourrait croire que ça part complètement en vrille sur le second, justifiant la fin du groupe. Et bien même pas. We Have Come For Your Children regorge d'hymnes punks ("3rd Generation Nation", "(I Don't Wanna Be No) Catholic Boy", "Flame Thrower Love"), avec une reprise survitaminée des Stones au passage ("Tell me") et surtout 2 morceaux filant sur plus de 4 minutes une ambiance malsaine, tantôt violente ("Son Of Sam"), tantôt dépressive ("Ain't It Fun"), 2 morceaux qui prouvent qu'on est loin d'un groupe de punk cliché répétant la même formule sur 15 morceaux par album. Ceci dit, j'aime bien les Ramones quand même.

Seul défaut de ce disque, une production parfois un peu trop propre. Comparé au précédent, c'est assez dérangeant, mais on reste cependant bien loin des productions immondes qui fleuriront dans les années qui suivent.

Après cela, malheureusement, le groupe en froid avec son label décide de se séparer, Stiv Bators ira rejoindre le très décevant groupe Lords Of The New Church aux côtés de Brian James des Damned. Ils joueront ensemble tout le long des années 80, avant que Bators ne heurte un taxi de plein fouet. Comme quoi, la new wave est vraiment la mort du punk. Dommage, avec ce disque en guise de chant du cygne, on se dit que même une reformation 20 ans après aurait pu valoir le coup...


Excellent !   18/20
par Blackcondorguy


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
157 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :