Cascadeur

The Human Octopus

The Human Octopus

 Label :     Casablanca 
 Sortie :    lundi 28 mars 2011 
 Format :  Album / CD   

Cascadeur a peut-être compris le danger qu'il y avait à flirter avec le romantisme quand on est chétif ! Il a donc choisi un nom de scène adapté , de se cacher derrière un casque et, enfin, l'anglais pour dissimuler un peu plus ses mots . A moins qu'il ne s'agisse de les faire sonner de manière plus fluide, la moindre des choses pour un être fuyant !

Armé de son filet de voix atone et haut perché, aux confins du féminin, de son piano et de ses mélodies aériennes, il parcourt donc les routes tel un Walker, un peu désorienté dans une époque sans grande délicatesse.
Il a choisi pour s'accompagner du naturel de l'acoustique. Piano donc en priorité, guitare parfois mais aussi harpe, violons, xylophone, harmonica... Et dès qu'il entre dans un studio, d'un savoir faire de production qui donne du panache à ses morceaux. Tout en douceur et débordants d'émotions nostalgiques, grâce à l'utilisation bien articulée d'instruments variés, mais aussi avec en prime quelques choeurs (féminins souvent, masculins parfois) .Et quelques passages sonores plus artificiels, électroniques, synthétiques, voire même noisy !
Mais si des influences pop sont présentes chez cet artiste, on en entend aussi des impressionnistes comme sûr "Memories", voire même Satie sur "Meaning" ! Et si un certain minimalisme tout en pudeur se dégage de ses morceaux, il sait aussi leur laisser prendre leur envol, comme sur le presque progressif "Hihgway 01" !

A l'heure où la surenchère est de mise, Cascadeur a choisi la grâce. Et on peut dire que sur bien des points, il y est parvenu avec The Human Octopus !


Excellent !   18/20
par Slowdown


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
115 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :