Dredg

Chuckles And Mr. Squeezy

Chuckles And Mr. Squeezy

 Label :     Superball Music 
 Sortie :    mardi 03 mai 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Pour chaque disque de Dredg, le premier sentiment est déroutant. Leurs albums ne prennent sens qu'après plusieurs écoutes attentives, une fois les changements de genre, les prises de risques apprivoisées. Chuckles And Mr. Squeezy ne déroge pas à la règle. Le problème, c'est qu'après de nombreuses écoutes, on ne comprend toujours pas ce qui leur est passé par la tête. L'album est tout simplement mauvais.

Les expérimentations passées sont définitivement loin, Dredg fait désormais de la pop vaseuse, comme on en entend des milliards et en mieux. Les trois premiers titres sont une véritable purge, comme rarement entendue. Le son est creux, lointain, les mélodies navrantes, l'accompagnement médiocre. Pour un groupe qui a su démontrer tout son talent sur quatre albums pleins, c'est juste hallucinant. On se dit que ça va s'arranger par la suite. Au contraire, Dredg parvient à faire encore pire, comme sur un nauséabond "Down Without A Fight" ou les sirupeux "Sun Goes Down" et "Where I'll End Up".

Ce disque, je l'ai écouté des dizaines de fois, me disant que j'avais raté le truc, l'étincelle que Dredg savait mettre dans tout ce qu'il faisait. Au final, seuls deux titres sont à sauver, deux titres résolument pop, mais qui ont le mérite d'être entrainants et efficaces : "Somebody Is Laughing", simple mais en phase avec le thème de l'album, et surtout le single "The Thought Of Losing You" qui s'avère être le seul bon morceau du monumental échec qu'est Chuckles and Mr. Squeezy. Douche froide !


Très mauvais   4/20
par Sinoc


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
175 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused