Crystal Stilts

Nature Noire

Nature Noire

 Label :     Sacred Bones 
 Sortie :    lundi 16 septembre 2013 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Le Martin Circus s'éclatait au Sénégal. Il faut l'savoir. D'ailleurs ça se voyait. On ne peut pas dire la même chose de Crystal Stilts. Ce Nature Noire ne respire pas la joie de vivre. On est pourtant pas très très loin de la fameuse copine de cheval, tant ce disque en son intégralité pourrait être une longue relecture de l'"Heroin" du Velvet. Avec ses montées, ses nombreuses phases de descentes, On sent le groupe de Moe tucker planer au dessus de ce disque (particulièrement sur "Electrons Rising"), empreint d'une nonchalance brumeuse, en particulier grâce aux cordes et autres sonorités que le groupe a eu la bonne idée d'ajouter à son... post-punk (appelons ça comme ça, à défaut de mieux).

L'ambiance se fait à la fois oppressante & hypnotique, la voix fantomatique de Brad Hargett semble errer à travers les instruments ("Phases Forever"), bancale et chancelante dès l'ouverture "Spirit in Front Of Me", les guitares pleines de reverbes allant presque jusqu'au drone continu, quelques notes de clavier se faufilent ça & là comme pour amplifier l'aspect lymphatique de l'album. Même les titres d'apparence plus légers ("Memory Room") sentent à l'envie les yeux collés du matin ou la fin d'une journée riche en inaction, un voyage immobile dans une fumerie d'opium, mais sans Arielle Dombasle (faut que je précise qu'elle a commis un film sur Jean Cocteau, sinon ça ne veut rien dire. Ou alors pendant un bon vieux bad trip. Ouais et encore, c'est un peu trop badant comme mauvais trip non ? Je souhaite ça à personne, rien que de l'imaginer là... Bref).

"Darken The Door", presque l'unique titre tissant un lien avec les albums précédents, prend des airs de valse morbide, comme s'il était impossible de se détacher de cette ambiance, créant un tout, surfant délicatement le long de ces dix titres entre l'ennui et le monotone, ils ont trouvé la tangente parfaite, qui aurait pu s'avérer casse gueule pour bien des groupes.

Alors non, autant vous le dire, vous ne fredonnerez pas des "Waa paa palayaa walaa wagadoudou... hou!" à tue-tête à l'écoute de ce disque, Vous rentrerez dans une douce mélancolie, pas désagréable en cette saison...


Bon   15/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
122 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?