Beirut

The Rip Tide

The Rip Tide

 Label :     Pompeii 
 Sortie :    mardi 30 août 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Soyons clair dès le début, évitons les malentendus, ce n'est absolument un album hommage au moustachu et ses deux amis qui voguaient d'aventures en aventures sur leur hors-bord rouge. Non.
Zach Condon, Alias Beirut sort son troisième album en cette fin d'été, hasard du calendrier ou pas, c'est complètement un album de saison. Lui qui désarçonna les habitués avec un Holland (2009) bien electro, son public a du penser qu'il changeait totalement de style, alors qu'il s'agissait d'oeuvres adolescentes (même s'il n'est pas très vieux), histoire de montrer le chemin parcouru depuis. Le plus balkanique (voire mexicain) des NewYorkais nous offre donc neuf titres, neuf petites échappées sauvages, neuf expéditions à travers un terrain (plus ou moins) connu.
Cette caisse claire qui roule, la grosse qui tambourine, ces cuivres, les balkans & les mariachis ne sont jamais loin, . Beirut en fait son parc d'attraction, ses arrangements surprenants sont autant de boucles qu'un grand huit effectuerait en roue libre. "A Candle's Fire""A Candle's Fire" offre la route de la plus manière
Très vite, Beirut prouve qu'il n'a rien perdu de ses créations adolescentes, le clavier omniprésent de "Santa Fe" (oui, le Zach n'a rien perdu de son amour pour les noms de villes, il n'y a qu'a voir le nom de son label tout neuf), la rythmique qui pourrait sortir d'une boîte à rythme, il utilise le schéma classique d'un morceau électronique pour l'appliquer à sa fanfare (toutes proportions gardées, on est plus à l'époque "j'en fous partout" de March of Zapotec) il crée une pop profondément new yorkaise, aux doux accents d'Europe de l'Est (ou l'inverse si vous préférez). Zach possède une voix impressionnante de maturité pour ses 25 ans (fraichement fêtés), ainsi sens aigu de la mélodie, de l'arrangement, bref, ce type sait faire des chansons. ("East Harlem", "Vagabond" et sa rythmique presque en 'beat' devraient vous convaincre sans problème)
Un album qui évite de ressasser les mêmes tics de fabrications des derniers (même s'ils sont vraiment très bon, on ne voit pas l'intérêt de reproduire sans cesse le même schéma, et lui non plus, pour notre plus grand plaisir) l'enfermement dans une cabane pour retrouver l'inspiration, la solitude pour la création, il a trouvé le moyen de se renouveler tout en gardant son style. Je ne dirais pas bravo, simplement merci.


Excellent !   18/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
118 invités et 2 membres
X_Wazoo
Dylanesque
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused