Talking Heads

True Stories

True Stories

 Label :     Sire 
 Sortie :    1986 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Disque mineur dans l'étincelante discographie des Talking Heads, True Stories mérite néanmoins amplement sa chronique. Le disque d'ailleurs n'en est pas vraiment un, puisque le "Projet True Stories" est essentiellement cinématographique. Un film de David Byrne, oui monsieur ! Un petit pitch rapidos ; le narrateur (Byrne himself), que David décrit simplement comme étant "amical et direct" se ballade dans la petite ville de Virgil Texas et observe les gens comme vous et moi, les "People Like Us", vivre leur bonhomme de vie et gérer leur petits problèmes (Byrne insiste bien, on évite dans le film les "big deals"). On retrouvera donc une vantarde mythomane (j'ai sauvé Rambo, Billie Jean c'est de moi, etc.), une espèce de gros nounours ne sachant pas s'y prendre avec les femmes (John Goodman), une bourgeoise allongée H-24 dans son grand lit qui regarde la télévision, un serviteur, sorcier vaudou à ses heures perdues, et d'autres non moins attachants. Une fois de plus, Byrne s'affiche en amoureux des gens normaux sans histoire.
Musicalement qu'en est-il ? Il faut déjà savoir que le présent objet n'est pas une réelle B.O. du film, puisque les morceaux sont tous chantés par Byrne (chose qu'il déplore sur le livret), tandis que le long métrage donnait la part belle aux acteurs. En ressort certainement plus de "professionnalisme", mais assurément moins de réalisme. On préférera les voix fragiles et sincères des moins bons chanteurs de True Stories (comme la très mignonne "Dream Operator" illustrée par un défilé de mode incongru) à la voix certes extraordinaire mais tellement entendue de Byrne. "People Like Us" laisse ainsi John Goodman, le Dancing Bear, chanter de sa voix de crooner country sur la conclusion du film, la "Celebration of Specialness", sorte de concours de talent local. "Radio Head" chanté par le personnage Ramon, donnera son nom au groupe le plus plébiscité des années 2000, rien que ça. "Wild Wild Life", irrésistiblement entraînante, est une des plus grosses percées radiophonique du groupe. Même s'il abandonne l'équipe funk qu'il avait recruté jusque là (le groupe est réduit à son plus simple appareil), Byrne touche au gospel avec le sermon musical de John Ingle ; "Puzzlin' Evidence" et écrit sa chanson la plus hard-rock, "Love For Sale", qui ouvre le disque.

Un bon disque tout simplement, pas de nouveauté ou de révolution, un film musical qui donne le sourire... Bref, les Talking Heads sont toujours capables de rendre son public heureux, avec la plus grande simplicité.
Le film original est bien évidemment à se procurer en plus du CD !


Sympa   14/20
par X_Wazoo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
324 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?