Jarboe

Mahakali

Mahakali

 Label :     The End 
 Sortie :    mardi 14 octobre 2008 
 Format :  Album / CD   

Parce que l'on peut être un personnage incontournable de la scène et sortir un album très moyen. Parce que s'entourer d'invités prestigieux (Phil Anselmo, Attila Csihar) ne suffit pas à faire que la magie opère. Parce qu'il n'y a plus rien de mythique aujourd'hui.
Après avoir multiplié les collaborations (Neurosis et Kirlian Camera notamment), avec réussite d'ailleurs, la muse des Swans prend son envol en solo. Passé une intro évoquant lourdement le "Om Namah Shivay" de Nina Hagen, influence que je perçois tout au long de l'album sans pour autant atteindre la magie excentrique de l'Allemande, on retrouve dès "The House Of Void" toute la pesanteur des Swans et cette voix si particulière. Cela dit, je ne sais pas si c'est dû à la production mais les titres s'enchaînent toujours avec la même absence de relief, de puissance en dépit de la lourdeur des guitares, les vocalises de Jarboe s'avérant très rapidement lassantes, haut perchées et monocordes...
En fan de Mayhem, j'attendais néanmoins impatiemment le duo avec Attila ("The Soul Continues") : c'est un pétard mouillé... Morceau roboratif sans saveur, lisse, il n'a d'autre valeur que la rencontre des légendes car artistiquement, il n'y a pas grand-chose à en retirer. Du coup, je me dis qu'il n'y a rien à attendre du titre avec Anselmo, d'autant que les problèmes de drogues de ce dernier semblent pendre le pas sur sa carrière musicale. Et pourtant... "Overthrown" est la chanson qui sauve tout, un instant acoustique bourré de feeling grâce à la voix puissante et bluesy de Phil qui chante comme dans le meilleur de Down, à grand renfort de guitare dobro. Jarboe fait tapisserie, ça lui va comme un gant, mais du coup cette composition semble parfaitement incongrue ici, inadéquate...
Étrangement, la collaboration avec Anselmo semble déteindre sur la seconde moitié de Mahakali, plus sombre, plus sobre, et finalement bien meilleure, avec un chant moins exalté qui sied davantage à des compositions réduites à l'essentiel.
Que l'on ne se méprenne pas, il ne s'agit pas d'un mauvais album, mais je le trouve en deçà des qualités qu'a démontrées Jarboe au fil de sa carrière. Trop linéaire, manquant de surprise et pâtissant d'une production manquant de profondeur, le disque ne me laisse aucun souvenir majeur lorsqu'il s'achève...


Passable   11/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
313 invités et 2 membres
Griot
Vamos
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?