Noah And The Whale

Last Night On Earth

Last Night On Earth

 Label :     Mercury 
 Sortie :    lundi 07 mars 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

C'est assez magique pour moi, Noah & The Whale. Chacune de leur chanson me touche en plein cœur dès le première écoute. Et chaque album débarque toujours au bon moment dans ma vie. Le premier, alors que je découvrais les joies de l'amour et, quittant le lycée, j'embarquais pour de nouvelles aventures. Le second alors que je découvrais la douleur de l'amour et la longue reconstruction qui s'ensuit. Il m'avait vraiment bouleversé et me bouleverse encore. Et voici donc le troisième, qui arrive presque avec le printemps et renouvelle l'exploit.

"Life Is Life". Derrière ce titre couillon, qui ouvre les festivités, il y a un clair message d'optimisme, une envie d'aller de l'avant. Exactement ce dont j'ai besoin en ce moment. Et la parfaite continuité de l'album précédent qui nous laissait entrevoir le beau temps à travers les nuages. "You used to be somebody and now you are someone else". Mais oui, exactement ! Noah & The Whale, c'est comme les films de Noah Baumbach, ça me touché juste, là où il faut. "This new life can start". Vraiment ? "And it feels like heaven". Espérons-le. Les choeurs m'entraînent dans un océan d'allégresse et m'entraîne dans cet album coloré, loin de ma grisaille actuelle.

Le second morceau, "Tonight's The Kind Of Night", nous raconte l'histoire d'un petit garçon plein de rêves qui quitte sa maison d'enfance et se laisse entraîner dans une nuit où les choses peuvent changer. Encore une fois, c'est simpliste mais ouvertement pop et lumineux. Les chœurs servaient à appuyer là où ça faisait mal dans l'album précédent alors qu'ici, ils renforcent la jovialité du propos.

"L.I.F.E.G.O.E.S.O.N" est l'impeccable single qui est une nouvelle variation sur le thème de l'album : aller de l'avant. Et il ressemble étrangement au "Lola" des Kinks, même narration, mélodie similaire qui a le pouvoir de vous rester en tête pour toujours et de manière immédiate. Un hymne à l'espoir et à la liberté efficace qui assume complètement sa naïveté, la proclame comme raison d'être et que je me vois bien écouter dès que j'ai besoin d'une dose de bonne humeur.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, "Wild Thing" n'est pas une reprise du tube des Troggs. C'est une langoureuse ballade qui nous plonge dans la nuit, dans une ville où tout nous appartient. Et en l'écoutant, je me souviens d'une interview du groupe, qui expliquait le véritable concept de l'album. Parce que moi j'invite mes propres concepts mais le groupe a aussi son mot à dire. Ils ont voulu nous raconter une nuit sur la terre sous dix points de vue différents et chacune des dix chansons n'est en fait qu'une longue chanson kaléidoscopique. Rien de franchement original mais lorsqu'on écoute "Wild Thing", on comprend un peu mieux ce concept pompeux qui pour l'instant, fonctionne très bien. Même si je préfère m'approprier ces chansons à ma sauce.

"Give It All Back" est puissante, limite de la pop pour stade. Avec des guitares qui ronronnent à l'arrière-plan, un chant plein de ferveur, des percussions entraînantes, une mélodie ensoleillée. Elle me fait taper du pied mais je lui préfère "Just Before We Met", avec son mélange de ballade soyeuse (violons et carillons) et de complainte moderne à grands coups de claviers saturés.

Après un instrumental anecdotique mais délicieux, une guitare acoustique balance une mélodie accrocheuse, hérité elle aussi des Kinks. Avant d'être rejoint par les guitares, les claviers et la voix enjouée de Charlie Fink. Qui décrit très bien un sentiment très familier, surtout en ce moment : c'est dur de se sentir vivant et d'attendre toujours que sa chance vienne. Et il chante ça avec générosité, avec des chœurs et te redonne envie d'y croire l'espace de trois minutes d'un tube pop parfait.

"The Line" me replonge directement dans la même ambiance douce-amère que l'album précédent, avec cette fille qui regarde l'horizon et où la voix se fait plus grave. La ligne mélodique captive, on a l'impression de l'avoir entendu mille fois mais en même temps, elle sonne foutrement moderne. Un beau morceau, moins lumineux mais pas triste pour autant.

Le voyage au bout de la nuit se termine sur "Old Joy", un gospel étourdissant qui commence au piano, se poursuit avec une chorale et invite des sonorités étranges, des claviers mal accordés dans un mélange qui donne des frissons et conclue en apesanteur l'album. Les derniers mots résument le propos de manière simple et poétique : "Don't dream of yesterday".

Voilà donc un album ludique, tout aussi frais que le tout premier, moins bouleversant que le second, mais qui étourdira tout de même les amateurs de pop bien faite et attachante. Je n'avais pas autant parlé de musique, ni fait du titre par titre depuis longtemps, c'est pour vous dire mon enthousiasme retrouvé. Noah & The Whale peut fièrement entrer dans le panthéon des artistes contemporains qui ne me déçoivent jamais et me réjouissent à chaque apparition, en compagnie d'Adam Green, d'Herman Düne et de Turner Cody. Parce qu'écouter la voix familière de Charlie Fink, c'est comme retrouver un bon ami qui sait exactement ce que tu ressens et qui t'en offre une représentation musicale toujours aussi juste.


Bon   15/20
par Dylanesque


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
356 invités et 1 membre :
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?