Eluvium

Similes

Similes

 Label :     Temporary Residence 
 Sortie :    mardi 23 février 2010 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Chaque album d'Eluvium est une expérience musicale en soi, pour peu que l'on apprécie le genre ambiant et les atmosphères apaisantes, propices au repli sur soi et au voyage intérieur.
Avec ce 5e opus, plus lumineux et moins contemplatif que les précédents, Matthew Cooper, l'homme derrière Eluvium, nous invite clairement dans le monde des rêves, comme le laissent suggérer les intitulés des 8 pistes qui composent cet album.

Les premières notes de "Leaves Eclipse The Light" sonnent comme une berceuse, qui nous happe en douceur pour nous inviter dans l'univers féérique de Similes. L'intégration de la voix, jusqu'ici inconnue à nos oreilles, sonne comme une évidence, tant elle ne semble ne faire qu'un avec la musique : discrète, élégante et apaisante.

L'enchantement se poursuit avec "The Motion Makes Me Last", à la fois mélancolique et pleine d'espoir, qui nous immerge définitivement dans l'atmosphère de cet album, avant le premier interlude que constitue "In Culmination" et l'entrée dans le monde des rêves à proprement parler avec "Weird Creatures". Sur un rythme envoûtant et majestueux, l'artiste nous y accompagne de sa voix posée mais néanmoins présente, à travers quelques strophes... Une manière de nous rassurer avant l'interlude électro-ambiant "Nightmare 5", à l'intitulé plutôt trompeur, qui semble plutôt traduire une phase de sommeil apaisée et sans rêves, précédant l'émerveillement musical de "Waking Up Minds". Matthew Cooper y fait une courte introduction vocale puis s'éclipse de nouveau pour laisser place à son instrument de prédilection, le piano, dans une lente et progressive envolée lyrique du plus bel effet.

Un 3e et ultime instrumental, "Bending Dream", vient conclure cette période de rêve hallucinée, comme une lente remontée vers l'aube naissante et les premiers rayons du jour. Les quelques paroles murmurées en introduction de "Cease To Know", nous ramènent peu à peu à la réalité, et les 11 minutes du morceau, longue nappe électro à dominante instrumentale, assurent un atterrissage en douceur, au terme d'un voyage immobile riche en émotions...

Avec Similes, Eluvium signe probablement son album le plus accompli, et l'apport de la voix n'y est pas étranger, bien au contraire. En s'immisçant subtilement dans l'univers délicat et raffiné dont il est l'instigateur, l'artiste parvient ainsi à transcender ses nouvelles compositions, tout en brisant la monotonie qui peut parfois faire défaut au genre ambiant.
Sans parler du magnifique artwork, en parfaite adéquation avec l'atmosphère dégagée par l'album, et de l'emballage "artisanal", d'une qualité irréprochable, qui contribuent à faire de cet album un petit bijou musical et artistique.


Excellent !   18/20
par E-bow


  En écoute : https://eluvium.bandcamp.com/album/similes


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
380 invités et 1 membre :
Reznor
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :