Venetian Snares

A Giant Alien Force More Violent & Sick Than Anything You Can Imagine

A Giant Alien Force More Violent & Sick Than Anything You Can Imagine

 Label :     Hymen 
 Sortie :    mercredi 30 octobre 2002 
 Format :  Maxi / CD   

Le culte qui entoure ce disque d'Aaron Funk est à la mesure de sa grandeur. Il s'agit d'un ovni dans tous les sens du terme : il ne contient qu'un seul titre durant plus de quinze minutes, est présenté dans un packaging des plus originaux et dans une édition très limitée. Il s'agit même d'une musique ovniesque en elle-même puisque ne semblant provenir d'autre part que "d'outer space", envoyée depuis une lointaine planète inconnue pour balayer cette pitoyable chose qu'est l'humanité. On imagine l'objet tomber du ciel dans le désert américain (territoire qui semble attirer les corps extra-terrestres assez efficacement), découvert par un redneck et amené aux autorités s'empressant de rouvrir le dossier Roswell. L'objet s'active puis diffuse une musique technoïde et désarmante, presque désuète, se muant bien vite en cacophonie inquiétante. Militaires et scientifiques paniquent, ne sachant comment éteindre ni détruire l'appareil. La musique adopte désormais des rythmes effrénés et des sonorités violentes, et il apparait alors que les intentions aliens ne sont pas amicales. L'objet avait en effet pour objectif de mettre en marche le gigantesque canon à protons construit sur la face cachée de la Lune histoire de zigouiller la Terre au cas où les humains commençaient vraiment à être insupportables (qu'est-ce qui a décidé les aliens à passer à l'action ? Le dernier album d'Animal Collective ? la main de Thierry Henry ?). Personne ne connaîtra jamais la raison de la catastrophe à venir... Pourtant, lorsque la musique a finalement délaissé les percussions abrasives et synthétiques pour une nappe ambiante plus reposante, un miasme d'espoir est né dans le cœur de quelques naïfs. Mais cette pause fut de courte durée, et le chaos sonore reprit de plus belle, accompagné cette fois-ci de sons parfaitement irréels, définitivement conçus à l'autre bout de la galaxie. La Lune est apparue dans le ciel et a pointé sur canon turgescent sur la planète bleue. L'humanité allait disparaître, alors une volée de missile nucléaires américains s'est abattue sur Moscou, Téhéran et Paris, histoire d'avoir le dernier mot avant de crever. Et puis le canon à protons a craché son déluge d'énergie pure, affligeant le monde d'une destruction absolue avec une violence jusque là jamais imaginée. Alors, Aaron Funk a rigolé, empaqueté son morceau dans de drôles de boîtes et envoyé ça à Hymen Records.


Parfait   17/20
par Jumbo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
54 invités et 1 membre :
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?