Sunset Rubdown

Dragonslayer

Dragonslayer

 Label :     Jagjaguwar 
 Sortie :    lundi 22 juin 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Sans aucun doute, ce Dragonslayer de Sunset Rubdown fera partie des albums les plus joyeusement bordéliques de cette année 2009. Le seul cerveau du canadien Spencer Krug (aussi membre de Wolf Parade) a accouché d'une œuvre labyrinthique, monstrueuse, mais qui se transforme vite en petite pépite pop baroque, gorgée d'inventivité, et de débordements progressifs jouissifs.

Une fraîcheur incomparable émane de cette voix un peu folle, de ces guitares et claviers lo-fi tour à tour lyriques ou carrément rock ; chaque instrument semble être l'acteur sensible d'un conte de fées new age, complètement disjoncté, où les premiers rôles sont interchangeables. Et le plaisir que l'on prend à découvrir ces compositions, qui semblent d'abord écrites à la vas-y-que-je-te-pousse, éclatées et désordonnées, réveille une curiosité presque infantile : les chansons s'ouvrent à l'auditeur comme autant de grottes d'Ali Baba mélodiques, devant nos yeux ébahis par tant d'imagination.

Dragonslayer est enfin d'une grande poésie, derrière des atours parfois volontairement grossiers (réverbérations dantesques, saturations sales, synthés pompiers...). Et c'est cette dualité de caractère, cette schizophrénie assumée qui est totalement fascinante, qui nous transporte dans un monde totalement à part, perché sur les nuages.
C'est simple, Dragonslayer rend heureux : sa folie nous contamine, sa légèreté et sa bizarrerie sont celles des rêves les plus beaux.


Parfait   17/20
par Jekyll


  En écoute : https://sunsetrubdown.bandcamp.com/album/dragonslayer


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
309 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus