Lindstrøm

II

II

 Label :     Feedelity 
 Sortie :    mercredi 20 mai 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Depuis bientôt 5 ans, Lindstrøm & Prins Thomas ont réussi leur pari et fait sortir le disco de son ghetto. A grand renfort de psychédélisme et de référence à l'italo-disco, ils en ont fait une musique qui échappe au carcan du divertissement. Sous leur influence et celle de James Murphy, ce revival disco a envahi une bonne partie des productions électroniques actuelles. Mais nos deux hommes sont loin d'être des opportunistes. Plutôt que de surfer sur la vague du succès, ils continuent à composer en restant dans la marge. L'année dernière déjà, Lindstrøm s'essayait à des formats longs (morceaux de 28 minutes!) imposants. Moins d'un an après cette échappée géniale, les deux cerveaux du label Feedelity se retrouvent pour un deuxième album en duo, et concrétisent les nouvelles ambitions qu'ils avaient formulées en interview. Les deux norvégiens avaient tous les deux formulé le désir de s'éloigner de l'électronique, d'enrichir leur musique de sonorités organiques et de sonner comme un groupe live. II (plus laconique tu meurs) sonne donc comme un nouveau virage dans la carrière du duo, encore plus radical que les précédents.
II a l'audace de s'éloigner de l'italo-disco flamboyant ou lascif qui a fait leur renommée. Mieux ! Ils troquent carrément leur principale influence, Giorgio Moroder, pour une nouvelle obsession seventies. La musique de II s'éloigne du space-disco pour un hybride kraut-funk, progressif et hautement psychédélique. Le format des morceaux change lui aussi : après les morceaux de 5 minutes puis de 15 minutes, le groupe s'essaye à des formats situés majoritairement entre 7 et 9 minutes. Quant aux instrumentations c'est carrément la révolution ! Oubliés les synthés omniprésents, les percussions disco ultra-mélodiques, les crescendo étincelants. Les morceaux de II sont toujours d'hallucinantes progressions, construits une fois de plus sur des thèmes simplissimes mais diablement évocateurs. Mais si les synthés sont toujours présents, leur utilisation relève moins de l'escalade euphorique que de l'installation de climats fabuleusement doux. Effacés et impressionnistes, ces synthés laissent leur place à des guitares sèches, des pianos qui jouent donc le thème du morceau. Au fil de longues et délectables minutes, ces instruments organiques sont ensuite noyés sous d'innombrables couches de synthés vaporeux (alors qu'avant, ils se retrouvaient en nombre limités et jouaient des thèmes qui fendaient l'espace sonores) créant des ambiances carrément féériques (non, le mot n'est pas trop fort). Les percussions évoluent elles aussi de façon notable, puisque les morceaux sont rythmés par de sobres caisses claires rappelant le soft rock. Un dernier élément d'évolution réside dans la présence nouvellement omniprésente d'éléments discrètement exotiques. Les bongos et les guitares orientales se marient parfaitement aux nappes de synthés, aux tourbillons analogiques et aux instruments plus traditionnels.
Le résultat, c'est une nouvelle fois un album carrément trippant et fabuleusement onirique. Le psychédélisme de cet album est moins grandiloquent et mélodique que celui de son prédécesseur. Mais la musique de Lindstrøm & Prins Thomas y gagne en pouvoir évocateur et féerique. Les thèmes amoureux sont méticuleusement transportés vers finaux incroyables, chaotiques sur "Rett Pa" ou flamboyant sur "Cisco" par exemple. Et malgré la longueur des morceaux, pas de place pour des passages prétendument expérimentaux mais surtout chiants. La musique de Lindstrøm & Prins Thomas, ça reste des belles mélodies, des ambiances douces et rêveuses et des progressions qui malgré leur complexité semblent couler de source. En dépit de l'évolution sonore, on reconnaît l'excellence et le style du duo, qui sait évoluer avec intégrité et talent. Ne vous fiez pas aux noms norvégiens des morceaux ("For Ett Slikk Og Ingering", "Gudene Vett + Snutt") qui ne font pas honneur à la grâce de ces morceaux rêveurs, foisonnants mais surtout très beaux.


Excellent !   18/20
par Vamos


  NB: il ne s'agit pas du second album de Lindstrøm, qui est Where You Go, I Go Too, mais du second album réalisé avec Prins Thomas


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
427 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?