Bon Iver

For Emma, Forever Ago

For Emma, Forever Ago

 Label :     4AD 
 Sortie :    lundi 12 mai 2008 
 Format :  Album / CD   

"Mémoires d'outre-tombe version folk"

Connaissez-vous la recette pour faire un coup de maître ? Tout d'abord, faites-vous larguer par votre copine. Rajoutez l'abandon de vos meilleurs copains, tout ça mélangé avec le ciel gris du Wisconsin. Au final, ajoutez une touche de maladie et vous êtes paré pour une longue et bonne déprime. Un bon conseil, enfermez-vous dans une cabane dans les bois et écrivez des chansons...
Justin Vernon est parti tout seul se perdre dans la nature avec guitare et 200 kilos d'amertume. Au programme, pêche, chasse et coupe de bois, histoire de se vider la tête pour se remettre d'une rupture amoureuse et de l'évincement de son groupe. Et que fait-on le soir auprès du feu quand on a des talents de compositeur ? On sort la bonne vieille guitare sèche et on épanche ses larmes. De cette retraite naîtront ces neuf chansons, toutes dédiées à Emma, son bourreau du cœur, comme pour exorciser la douleur des sentiments, l'emprise des souvenirs qu'on ne se résigne pas à quitter. Un disque forcément intime et sans pudeur. On s'attend à une voix plaintive et pleurnicharde, mais non, ce n'est pas le ton d'un homme détruit qu'on entend dans For Emma, Forever Ago. C'est plutôt le retour au bercail du Poilu après l'enfer des tranchées, la découverte d'un chemin inespéré dans un épais brouillard. Des chansons sincères et simples accouchées dans une froide forêt d'un Bon (h)Iver américain chantées par une voix perchée et crue, un folk stratosphérique accompagné d'une guitare qui trimballe plein de fantômes. Justin Vernon a su tirer de ses déboires une œuvre magistrale qui ne laissera pas indifférent les amateurs du genre. Il nous rappelle que la couleur des larmes ressemble au plus beau diamant, que tout n'est pas si sombre. Des chansons qui naissent dans la glace et qui peuvent réchauffer le cœur du plus marbré d'entre nous. Chapeau !


Excellent !   18/20
par FunHouse


 Moyenne 18.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 20 septembre 2010 à 10 h 45

Emma je vous admire pour ce que vous avez fait à cet homme. Vous l'avez brisé, morcelé, presque anéanti. Et alors qu'on le pensait perdu, grièvement blessé par un chagrin dont vous êtes la principale cause, il ressuscite et sort cet album d'outre-tombe. Avec les tripes. Les larmes. La rage. A se demander quelle est sa part de responsabilité ('what might have been lost'). A découvrir que les mots douloureux sont ceux qui sonnent le mieux surtout quand ils sont juxtaposés ('lapping lakes like leery loons'). A faire sonner sa douleur avec pour seule support une guitare maigrelette qui a elle aussi subit le sort du temps ("Skinny Love"). J'aurais aimé vous rencontrer pour ces raisons. Partager votre compagnie et connaître la douleur de vous voir vous éloigner. D'avoir ces idées noires. Ces frissons. Ces angoisses. Parce qu'on se sent vivant que lorsque ça fait mal ; quand tout va bien on se demande juste combien de temps cela va durer. Et puis revoir le jour. Recouvrer l'espoir dans un dernier morceau de libération ("Re : Stacks"). Apprécier à nouveau la lumière du jour et la présence d'un instrument pour être épaulé. Et vivre. Au travers de la musique. Avec mes tripes. Mes larmes. La rage. Et ton image que je ne pourrais jamais me sortir de la tête. Emma. Ou quel que soit ton nom puisque ton nom célèbre toutes les anciennes relations de Justin Vermont. Enfin pour moi ce sera Emma. For Emma, Forever Ago.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
672 invités et 1 membre :
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?