The Misfits

Walk Among Us

Walk Among Us

 Label :     Ruby And Slash 
 Sortie :    samedi 06 mars 1982 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Quand on me parle des Misfits, je ne peux m'empêcher de repenser à mon adolescence, cette époque où je voulais être un dur, mes premières cuites, mes premières soirées quequette, la recherche de l'humour potache, les films d'horreur bien cons et dégueulasses, la musique sauvage et festive, en gros le presque n'importe quoi du moment qu'on se marre... avec les Misfits en prime !!

Pour faire simple dans les présentations, les Misfits sont des branleurs qui jouent une musique pour branleurs, normal pour un groupe Punk vous me direz, mais le groupe va bien au-delà du punk traditionnel. Si on y retrouve cet aspect sauvage dans la musique et des textes d'une méchanceté gratuite et presque amorale, les Misfits disposent d'une arme fatale qui fait bien mal et cette arme s'appelle Glenn Danzig.
Mais qui est Glenn Danzig au juste? on pourrait le décrire comme une espèce de mini-Goldorak d'un mètre soixante maquillé comme une pute au rabais, avec une coiffure digne des pires Mangas ; une description qui pourrait suffire à rebuter l'auditeur curieux (ou l'inverse !) mais ce serait criminel et péjoratif de le réduire à ça (ou l'admirer pour ça, au choix !), car sans Glenn Danzig, les Misfits n'auraient jamais pu se vanter d'avoir le meilleur chanteur du circuit, un chant qui flirte avec celui de Jim Morrison et d'Elvis Presley, tout simplement génial et improbable et surtout pas vraiment calibré pour le punk... à priori !

"Walk Among Us", qu'il faut avoir en vinyle pour en apprécier les qualités (punk oblige), est pour moi un symbole de la carrière du groupe, les références aux films d'horreurs y sont nombreuses, de Ed Wood a Romero, certains titrent portent même le nom de films ("Astro Zombies", "Vampira, Night of The living dead..."), les Misfits méritent amplement l'étiquette de Horror Punk qui leur confère un côté très fun et sympathique.
Fun et sympathique oui !d'accord ! si on se limite à certains aspects de leur musique, comme les chœurs, les rythmes festifs et le chant un peu théâtral de Danzig, mais voilà, les Misfits ne sont pas des gentils teenagers et manient monstrueusement bien l'ironie, les textes bourrés d'humour noir en attestent, sur "Mommy Can I Go Out And Kill Tonight", tout comme sur "Skulls", les Misfits ne nous veulent pas que du bien, faut qu'ça crame et qu'ça saigne et c'est tant mieux, le monde est tellement plus rock'n'roll lorsqu'il est peuplé de monstres, de meurtriers , c'est comme ça qu'on parle aux jeunes, quand ils sont assez cons pour y croire dur comme bite en érection!

Punk'n'roll !


Excellent !   18/20
par Interpolian


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 06 décembre 2008 à 01 h 51

1982, en pleine vague punk hardcore aux États-Unis : les Misfits débarquent avec leur premier LP intitulé Walk Among Us, véritable figure de proue de la scène "horror punk". Le groupe impose une facette du genre qui sera la plus exploitée par ses successeurs : l'humour macabre et l'admiration pour l'imagerie horrifique (puisé dans les films de zombies des années 50 et les séries Z), à l'époque nettement préféré aux ambiances malsaines, froides et effrayantes qu'ils allaient développer par la suite.

Et la recette qui allait suivre était très simple : rythmiques imparables, choeurs en formes de "woah" à n'en plus finir, thèmes abordés avec la folie nécessaire, son approximatif et guitares crades, et surtout une énergie hardcore quasi-inhumaine. "I Turned Into a Martian" ou "Astro Zombies" sont de véritables hymnes horror punk, "Vampira", "Hatebreeders", "Night of the Living Dead" ou encore "Skulls" figurent parmi les plus grands classiques du groupe, plein de haine et d'humour noir... "Walk Among Us" fait figure d'album incontournable à ne manquer sous aucun prétexte. Seul bémol : plus de 25 ans après, il est toujours difficile de comprendre la présence d'une version live de "Mommy, Can I Go Out and Kill Tonight?" au beau milieu de l'album, inaudible quoique très représentative de la folie des Misfits et de leur énergie infernale sur scène.

Walk Among Us peut donc se targuer d'être un album clé de la scène hardcore de l'époque, mais également une véritable référence dans le milieu horror punk : intemporel, énergique, détraqué, cet album est sans aucun doute le plus représentatif de la discographie des Misfits, entre le punk typiquement Ramones de la fin des années 70, et la perversion sonore et mentale du hardcore juste avant leur split en 1983.
Et dire que l'album s'achève sur un morceau oi! de moins d'1 minute, dans lequel les membres chantent en choeur l'apologie de la dégustation de cerveaux humains à tous moments de la journée...
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
371 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :