Grandpaboy

Grandpaboy

Grandpaboy

 Label :     Soundproof 
 Sortie :    1997 
 Format :  Mini Album / CD   

De la cachoterie de pacotille. Il a voulu faire ça en douce, en loucedé, mais avant même que ne sorte le moindre test-pressing, tout le monde savait déjà que c'était lui Granpaboy.
Paul Westerberg. L'ex-Mats faisait des infidélités à sa major pour rejoindre l'indie label créé tout juste par son pote Darren Hill, ancien Red Rockers (qui se souvient d'eux ?). Apparence de canular mais vraie révélation. L'Ep Grandpaboy sonnait le glas, et tout le monde applaudissait, d'une sombre période pour un Westerbeg aux albums poussifs et à l'inspiration flétrie. Un vrai back to the basics qui l'emmène jusqu'aux fifties. R'n'B, rockabilly, le songwriter y voit là matière. Et nous aussi.
L'exception faite d'une acoustique à berceuse ("Lush And Green"), c'est un disque de surprise-partie, à bouffer du ice-cream au drive-in. Et même si on le préfère assez large quand il a la tête dans un océan de tristesse (cet homme-là a quand même signé quelques unes des plus belles ballades de ces 2000 dernières années), c'est bien ce Westerberg fun et sourieur qui aura redonné espoir à ces fans.


Bon   15/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
334 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :