Ian McCulloch

Slideling

Slideling

 Label :     Cooking Vinyl 
 Sortie :    jeudi 11 septembre 2003 
 Format :  Album / CD   

Après deux premiers albums en solo, Ian McCulloch s'est lancé dans l'aventure Electrafixion en compagnie de son guitariste co-fondateur d'Echo And The Bunnymen. Ils assurent la première partie de leur idole de toujours David Bowie. Cette expérience fut un semi échec, mais annonce la future reformation du groupe légendaire. Le chanteur remet ensuite le couvert en solo avec un troisième album (le dernier de ce jour), Slideling. Il est sorti deux ans après, jour pour jour, les événements que l'on sait.
Big Mouth Mac (chant, guitares rythmiques, tous les textes et toutes les compositions) est accompagné d'un groupe totalement différent de ceux des deux premiers albums : Peter Wilkinson à la basse (Cast, il jouera sur Siberia (2005) d'Echo), Pete Byrn (mêmes remarques) aux guitares, Ceri James (sur le même album) au piano et à l'orgue, Simon Finley (qui jouera au concert en hommage à Syd Barrett de Pink Floyd en 2007, avec notamment Adam Peters, arrangeur de cordes des Bunnymen). Avec en sus quelques musiciens supplémentaires, dont plusieurs guitaristes (des fans de longue date : Chris Martin et Johnny Buckland de Coldplay, John Sim qui joua avec Bernard Sumner de New Order) et un quatuor de cordes. C'est désormais Cenzo Townshend (futur producteur de Bloc Party et d'Editors) aux manettes. Production ma foi assez lisse.
L'ex-leader des Bunnymen nous a concocté un album plutôt pop mais dans le même temps assez rock, et empreint d'une douce mélancolie (à l'image de la pochette), plus homogène que son prédécesseur tout en proposant une certaine diversité.
Se détachent quelques titres, "Love In Veins" (clin d'œil à "Love In Vain" de Robert Johnson, repris par les Stones ou Bob Dylan ?), dynamique et mélodique. "Baby Hold On", laid back, basse en réminiscence à celle de "Walk On The Wild Side" (Lou Reed est un autre héros de jeunesse de Mac), piano, guitare soul et batterie jazzy, une autre version de ce morceau en duo avec Jane Birkin (Gainsbourg est une de ses autres influences). "Seasons", dans la lignée de l'album éponyme d'Echo And The Bunnymen, tout comme "She Sings (All My Life)", les charmantes ballades "Another Train" et "Kansas". Le très rock sixties "High Wires", ou "Stake Your Claim", qui rappelle la bonne période des Hommes Lapins – mais en plus pop. Les autres morceaux sont plus ternes.
Slideling, plus personnel, abouti et homogène que Mysterio, moins mélancolique et bunnymen-esque que Candleland, est loin d'égaler les albums d'Echo And The Bunnymen (du moins les premiers), mais il ravira les amateurs de ce groupe, et plus encore ceux qui apprécient McCulloch en solo.


Bon   15/20
par Gaylord


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
245 invités et 3 membres
Slowdown
Myfriendgoo
Chaurionde
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?