Apparat

Shapemodes

Shapemodes

 Label :     Neo Ouija 
 Sortie :    mardi 15 juin 2004 
 Format :  Maxi / CD   

Enregistrés en 2001, les six titres qui composent Shapemodes ont finalement été ressorti trois ans plus tard par Sasha Ring, qui plus est sur un label différent de celui qu'il a fondé avec Raumschmiere. C'est donc de manière un peu tardive qu'on a l'occasion de comparer ces enregistrements mis au rebut au premier album Multifunktionsebene qui a permis de le lancer la carrière d'Apparat. Et quel étonnement de constater que la progression superbe, complète mais surtout régulière de l'allemand se retrouve condensée en seulement une demi-heure et chose plus stupéfiante au tout début de sa discographie. Après trois ans de lutte intérieure, l'ancien DJ semble être comme revenu à la raison ou plutôt conscient qu'il ne pouvait retenir plus longtemps ses tentations de croiser electronica avec des phases mélodiques très prononcées. A moins qu'il ne s'agisse que d'un nouveau stratagème pour brouiller les pistes après nous avoir déjà trimballé sur une palette de registres numériques impressionnante sur ses trois premiers disques. Quoi qu'il en soit, cet EP confirme une fois de plus qu'Apparat est très doué pour jouer dans les nuances et parvient toujours à doser samples atmosphériques et industriels de façon stœchiométrique. Véritable alchimiste informatique il dévoile qu'il était déjà doté d'une très grande maturité pour sortir des perles bien qu'il ait attendu le moment propice pour l'afficher. Tour à tour plongé dans des bruitages trépidants émiettés puis des flots soniques touchant en plein cœur le trip hop ("Riding" sinueuse à point) ou le post rock ("Get Out Of Your Krib" à la guitare innocente), la promenade est plus qu'initiatique mais relève d'une réelle démonstration de recherches harmoniques mais aussi de tact. Et c'est non sans compter le pouvoir divin attractif d'Ellen Allien au timbre de sirène sur ces deux titres, ne cherchant qu'à nous étourdir encore plus que nous ne le sommes déjà. Dès lors notre engouement restera au beau fixe même sur "Scissors And Saxophones" et "Sinus" un peu plus ancrés dans la tradition IDM mais que l'on appréciera à leur juste valeur. Un retour en arrière splendide.


Bon   15/20
par TiComo La Fuera


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
348 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?