Unida

Coping With The Urban Coyote

Coping With The Urban Coyote

 Label :     Man's Ruin 
 Sortie :    lundi 16 août 1999 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Avant que le stoner ne devienne complètement hype au point de se voir consacrer des rayonnages chez les supermarchés du disque genre Fnac ou Virgin, ce mouvement perdurerait grâce à de petits labels divers, personne d'autre n'en voulait. Seul un label tenta l'aventure 100% stoner : Man's Ruin dirigé par Frank Kozik. Nom prédestiné car celui-ci mettra la clé sous la porte quelques années plus tard après avoir édité des dizaines de références d'à peu près tous les groupes stoners existant et laissant orphelins beaucoup de ses poulains dont son plus prestigieux : Unida.

Formé par deux potes d'enfance en 1990 et rejoint par John Garcia après le split de Kyuss, ce groupe reprend le son énorme de celui-ci en lui insufflant une bonne grosse dose de rock'n'roll en passant presque totalement outre les facettes ‘psyché' et mélodique. Unida sort tout d'abord The Best Of Wayne-Gro, un split avec le groupe suédois Dozer, puis ce premier album pour Man's Ruin donc.
Moins ample que Kyuss, le son typique de Unida est tranchant et incisif. Aucune place n'est laissée à une éventuelle chape sonore, les morceaux se veulent rentre dedans avant tout. L'heure est aux rythmiques binaires entêtantes, à la basse groovy et aux riffs gras et punks. Coping With The Urban Coyote contient une pelleté de morceaux à se taper la tête contre les murs : "Black Woman", "Dwarf It", "Human Tornado"... La voix légendaire de John Garcia fait une nouvelle fois des merveilles dans un registre plus énergique qu'à l'habitude.
Le groupe ralentit tout de même un peu le rythme par endroits notamment sur "If Only Two" tout en rondeurs et en groove ou sur "You Wish" morceau final de presque dix minutes qui installe quand même une ambiance enfumée des plus calmes et pesantes. Une manière parfaite de terminer une galette puissante dont les premiers morceaux auront éreintés les oreilles des plus coriaces.

C'est sûr, Unida n'a pas la classe de Kyuss mais il ouvre tout de même des portes à tous les combos marinant en attendant de prendre la place du défunt groupe de Josh Homme et cie. Unida représente déjà la direction musicale dans laquelle veut partir John Garcia et qu'il confirmera sur les futurs albums de Hermano.

Désormais le stoner rempli des salles complètes et entraine des branlettes intellectuelles chez les auditeurs rock avertis et ‘in' (mais qui ont toujours trois trains de retard) vénérant Kyuss, il serait donc opportun de rééditer cette galette incontournable du style, introuvable depuis le chavirage de Man's Ruin. En même temps, tant pis pour les suiveurs de mode, ils n'avaient qu'à arriver avant...


Parfait   17/20
par Abe-sapien


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
151 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?