The Married Monk

R/o/c/k/y

R/o/c/k/y

 Label :     Ici D'Ailleurs 
 Sortie :    lundi 12 février 2001 
 Format :  Album / CD   

Je reviens dans le monde réel. J'ai eu les oreilles émerveillées, des images plein les yeux. J'ai cru rêvé. J'ai entendu une musique d'une exceptionnelle douceur où les notes de piano se fusionnaient dans les synthés. J'ai entendu une musique teintées des mélodies du soleil et du désert où les mariachis et les trompettes se mettaient au service d'une mélodie pop, j'ai entendu des petites ritournelles synthétiques obsédantes succéder à des perles indescriptibles. J'ai surtout entendu des mélodies à faire grimper au rideau (au minimum) tout amateur de pop digne de ce nom. C'était un disque d'ambiance, le genre de musique qui transporte dans son univers. Je me suis imaginé dans une salle de concert style boite de jazz enfumée mais qui ne ferait pas dans le jazz mais dans la pop moderne. Teinté électro, teinté pas mal de chose, je me suis laissé emporter par des notes enivrantes.

Je me souviens, c"était il y a un instant. Non je n'ai pas rêvé c'était juste R/o/c/k/y de The Married Monk qui s'est glissé sur mes platines. The Married Monk c'est un groupe français. Mais oui monsieur. On les connaissait pour leur collaboration avec Yann Tiersen, on les retrouve du coté de Tucson avec comme invité spécial sur leur album Joey Burns. Excusez du peu. Tucson la nouvelle source d'inspiration des Français, avant eux Jean-Louis Murat était déjà allé y poser ses instruments.
Je me souviens de la première écoute, chope de bière à la main, où un pote à eu la bonne idée de me faire écouter cette merveille. J'y reviens toujours. Je me souviens, je n'oublierai pas.


Parfait   17/20
par Mozz


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
295 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?