The Slits

The Peel Sessions

The Peel Sessions

 Label :     Strange Fruit 
 Sortie :    1988 
 Format :  Compilation d'inédits / CD  Vinyle  K7 Audio   

Les Peel Sessions de manière générale, c'est fait pour les fans et uniquement pour eux. Fans purs et durs qui veulent absolument tout posséder de leur groupe mythifié. Mais parfois, ces enregistrements radios ont une valeur ajoutée qui les place bien au-dessus du simple appât pour complétistes. En l'occurence, cette compilation qui regroupes les 3 Peel Sessions des Slits est aussi indispensable que leur premier opus, ni plus ni moins.
Mais pourquoi donc ? Eh ben parce que déjà, c'est l'occasion de découvrir la face punk rock des demoiselles sur les deux premières sessions. Avant leur mutation reggae/dub, les 'fentes' pratiquaient un punk cru, sale et méchant qui les rapprochait de leurs compatriotes anars, Crass. Ce défouloir électrique rend difficilement reconnaissables aux oreilles habitués à Cut les "FM", "Love Und Romance" ou "Shoplifting". Et beaucoup préféreront sans doute leurs versions dub expérimental qui laissent transpirer beaucoup plus de folie (au détriment de l'efficacité brute ci-présente). Seule exception : "New Town". La folie ici est graduelle, inquiétante pour finir hystérique. Ari Up est au sommet de son art vocal, s'écorchant magnifiquement la voix pour conter cette métaphore junkie sur la société de consommation. Performance ahurissante du groupe en ce mois de septembre 1977.
Déjà rien que pour cette version anthologique de "New Town", ces Peel Sessions sont obligatoires. Et si on est un tantinet complétiste, on aura aussi la joie de détenir le titre "Vindictive" qui n'est sur aucun album. Voilà pour les deux premières sessions. Changement radical de style avec la dernière. Enregistrée en octobre 81 (avec une certaine Neneh Cherry aux voix), les Slits y balancent deux morceaux issus de leur nouvel album, The Return Of The Giant Slits. Versions plus souples, plus lascives des primitifs et bizarroïdes "Difficult Fun" et "Earthbeat". On les préfèrera à leurs doubles studio. Mais le plus impressionnant dans cette dernière session est cette prise mémorable du single "In Beginning There Was Rythm". Un free-funk dantesque aux accents hip-hop allongé ici sur plus de 11 minutes, histoire de vous foutre sur le cul et de vous briser le coccyx. Véritable démonstration d'un groupe hors du commun.
Si un palmarès des Peel Sessions devait être constitué, sans nul doute celles des Slits pourraient prétendre au podium. Un trésor qui rend heureux le fan ou celui qui le deviendra après l'avoir écouté, obligé.


Excellent !   18/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
139 invités et 5 membres
El rodeo
Plock
Climbatize
Wazoo
X_Lok
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?