Oingo Boingo

Dead Man's Party

Dead Man's Party

 Label :     MCA 
 Sortie :    1985 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Dead Man's Party est le plus célèbre des albums d'Oingo Boingo ce qui n'est pas démérité au vu de la qualité intrinsèque du disque. C'est aussi incontestablement celui qui à le mieux vieilli, parfaitement produit c'est l'entrée idéal pour les néophytes dans le monde passionnant de Oingo Boingo.

Des mélodies imparables à coup de cuivre, de guitares et de batterie offrent des chansons qui tendent vers le chef d'œuvre. Condensé de pop lyrique sur fond de paroles sombres "I had a dream last night / The world was set on fire", de rock plus dur, de merveilles de production qui mixent dans un parfait accord les guitares et les harmonies vocales l'univers créé est merveilleux et en fait une pierre importante du grand édifice de la pop. Ecoutez la voix possédée de "Stay" ou les refrains ultra dansants de Heard "Somebody Cry" ou "Weird Science" qui introduisent la techno pop pas encore née et vous comprendrez que vous avez à faire à un album majeur. Je ne vais pas faire une analyse détaillée titre par titre car tous restent relativement dans le même registre mais je vous dirai quand même que l'album possède évidemment quelques inégalités, ce qui lui coûte les notes maximum, mais aussi qu'il n'y a strictement rien à jeter.

Bref un album qui laisse la concurrence à des kilomètres à l'arrière. Euh quelle concurrence ?


Excellent !   18/20
par Mozz


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 01 septembre 2008 à 19 h 56

Oingo Boingo nous livre ici son quatrième album, ou cinquième si l'on peut considérer So-Lo, effort solo (on n'avait pas deviné) de Dany Elfman, pourtant enregistré avec la plupart des membres de son groupe.
L'univers Grand-guignolesque est toujours là, comme l'indiquent les morceaux "Dead Man's Party" (excellent d'ailleurs) ou "No-one Lives Forever".
Il y a aussi cette grande sensibilité dont à toujours fait preuve Danny Elfman:
"Stay" est peut-être l'une des plus grandes chansons d'amour jamais écrite, le refrain étant particulièrement touchant, ou encore dans "Just Another Day"
dont les paroles ("There's a smile on my face for everyone") témoignent de l'état d'esprit doux-amer du chanteur.
Steve Bartek assaisone le tout avec son jeu de guitare toujours très singulier, les cuivres sont toujours aussi entrainants, La batterie toujours plus aplatissante, le tout faisant monter la sauce pour donner un gros son, remplissant l'espace d'arrangements merveilleux et de subtilités, jusqu'a l'explosion finale de "Weird Science", gros délire sonore de sept minutes.
Et après ? Tout recommence, on a remis le disque au début.

Très bon album donc. A conseiller à tout le monde.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
149 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...