Hot Water Music

Forever And Counting

Forever And Counting

 Label :     Doghouse 
 Sortie :    mardi 28 octobre 1997 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Loin des strass et paillettes, les quatre copains de Gainesville ont sacrifié, pendant une dizaine d'années (1994-2005), une partie de leurs économies et surtout de leur vie de famille pour une seule et unique chose : l'amour de la musique. Hot Water Music est un peu au punk ce que le fair play est au sport. Autrement dit, ce groupe a fait preuve d'une exemplaire intégrité, une forte éthique 'Do It Yourself' et d'un immense respect vis-à-vis de leurs pairs et de leur public. En plus d'une ligne de conduite irréprochable, ces mordus de travail ont écrit de nombreuses superbes chansons dont quelques unes répertoriées dans Forever And Counting.

Troisième opus après Finding The Rhythms et Fuel For The Hate Game, Forever And Counting s'affiche dans la continuité de ses précédentes réalisations c'est-à-dire que le combo s'adonne de mieux en mieux à un post-hardcore poppy pur jus sans pulpe. En effet, leur musique ressemble un peu à un jus multi fruits plein de vitamines qui donne la pêche. La voix rauque'n'roll de Chuck Ragan s'associe très bien à celle plus mélodique de Chris Wollard pour des harmonies vocales des plus étonnantes et détonantes ("Three Summers Song" ou "Manual"). C'est sans compter un jeu de guitare chevaleresque, une batterie sobre mais efficace et une très bonne basse qui s'emballent quand il faut ("Just Don't Say You Lost It" ou "Position"). Le petit hic vient peut-être d'une production moyenne qui ne sert pas assez des compositions parfaites. Cela reste très bon néanmoins. Pas surprenant d'ailleurs que le label No Idea ressorte en cette année 2007 l'album en version vinyle.

Ecouter Forever And Counting chaque matin est bon pour la santé !


Très bon   16/20
par Desert Driver


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
430 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?