2Kilos &More

8 Floors Lower

8 Floors Lower

 Label :     Jeans 
 Sortie :    février 2007 
 Format :  Album / CD   

Nombreux sont les films qui ont traduit 1984, le chef-d'oeuvre de Georges Orwell, plus ou moins fidèlement. Mais je n'avais encore jamais entendu musique (ici, de l'electro ambiant mélodique) aussi évocatrice de ce livre bouleversant.

"Tiens, Regarde" pose les bases d'un monde désincarné, formaté, presque robotique. Et quand les premiers beats surviennent, dans la douleur, après des réminiscences de mélodies anciennes sur "That's About All So Far", cela semble évident qu'il s'agit d'un battement de coeur, d'un réveil à la vie après un long coma forcé.

Des battements puissants, c'est ce sur quoi s'achève "Tell The One On Your Left", ou l'éveil d'une conscience. Tout se précipite, l'humanité prend le dessus, la machine s'emballe. Des voix apparaissent, des chants de sirènes désabusées, soit, mais qui laissent entrevoir l'espoir d'une révolte. Sur "After May June, And Before Berlin" les sirènes s'évanouissent, et tout se brouille... Des cauchemars de sa vie d'avant reviennent, mais l'homme reste plus fort, il n'a pas peur. Il est décidé d'aller de l'avant, bien qu'il sache déjà que le combat est perdu, car il est seul.
Mais plus pour longtemps: il se passe quelque chose dans "Demande Au Singe". Il se souvient de son enfance, de l'amour que lui portaient ses parents; il se souvient du changement, des événements violents qui ont conduit au monde dans lequel il vit aujourd'hui.

Ainsi, "(I Hear) A Wolf In Your Belly", signe la découverte d'une femme, de l'amour, et l'espoir qu'il peut tout de même se passer quelque chose, surtout quand on est deux. Ce sont la dignité, le courage, l'envie de liberté, qui sommeillaient en l'homme, et qui se réveillent, eux aussi.

"With A Deer In A Red Sulfuric Bath": Big Brother sait tout, il vient de découvrir ses deux brebis galeuses. Alors le vrai combat commence, entre les velléités timides de cette femme et de cet homme, qui veulent vivre en marge des codes sans pour autant les bousculer, et cette force nombreuse, dévastatrice, qu'est le contrôle absolu.

"I Was Now Able To Stand Upright": c'est ce qu'a cru l'homme un instant, mais il s'est déjà fait rattraper, capturer, c'est terminé. Et dans "Elles Sont Mortes, Monsieur", il reste bien un battement, mais il est si chétif, si diminué... Trop régulier. Big Brother a achevé son travail, consciencieusement.

Vous l'avez compris, 8 Floors Lower, c'est plus que de la musique, c'est un roman musical, une aventure humaine. C'est un voyage intérieur magnifique.


Excellent !   18/20
par Jekyll


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
283 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?