Poney Club

Gusty Winds Exist

Gusty Winds Exist

 Label :     Noise Digger 
 Sortie :    mardi 15 février 2005 
 Format :  Album / CD   

L'exercice périlleux, qui consiste à prendre le contre-pied de l'auditeur par d'incessants changements de rythmes ou de progressions, semble être une seconde nature pour ces jeunes gens. Ici, on évitera de parler de post-rock, car cette musique est bien trop colorée, trop chaleureuse et ne s'attarde jamais trop longtemps avant de nous emmener sur un autre sentier.
Il y a bien quelques accointances, mais toujours avec les meilleurs : The Sea & Cake en version instrumentale sur "Tools & Western" ou "Kolkata" en est l'exemple le plus évident. Pour le reste il faudra écouter et réécouter ces merveilles de rupture rythmique et de contretemps ou l'apparition impromptue du violoncelle pour un titre romanesque et mélancolique mais plein d'une tension sous-jacente ("Wisteria"). En une seule occasion, un chant viendra agrémenter cette musique, lui donnant une force peu commune ("Shaïla").
On aura compris que l'on tient là un groupe précieux à suivre de près qui joue comme ils l'annoncent sur leur site Internet 'une petite musique de chambre débridée voire déjantée'.


Parfait   17/20
par Hpl


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 16 février 2008 à 12 h 42

Quand Gusty Winds Exist est sorti je connaissais déjà leur premier EP A Six Stock Speeches, véritable perle en 6 morceaux. C'est donc avec beaucoup de bonheur que je découvrais le nouvel album des Poney. Mieux enregistré, plus carré, ce nouvel opus me laissait tout de même sur ma faim. Je sentais une distance entre l'intention, le rendu et l'auditeur. Là où le premier EP se fait proche et chaleureux, celui ci au premier abord est assez froid.
Qu'est ce qui coince? Il y a pourtant des merveilles comme "Tools And Western" ou "Totoro". Il m'a fallu les voir en live pour comprendre. C'était ça, l'énergie du live. Le premier EP avait été enregistré comme un live, et le passage au studio avait désolidarisé certains instruments. Retour donc sur l'album après la performance en public (car les concerts de Poney Club sont proches de performances) et là tout s'éclaire, le disque quitte son manteau d'hiver et devient plus chaleureux, les intentions plus claires.
Une chose est sure, les Poney sont ambitieux dans la musique qu'ils font et cet album était une première expérience du studio pour certains d'entre eux. Alors on leur pardonne les quelques hésitations de l'album et le fait que celui ci prend vraiment son envol une fois qu'on en a vu le concert, les Poney Club nous ont quand même livré un bel opus et il faudra désormais les suivre de près.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?