The Promise Ring

30° Everywhere

30° Everywhere

 Label :     Jade Tree 
 Sortie :    mardi 10 septembre 1996 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

The Promise Ring symbolise une époque où le terme emo avait encore du sens. Où il n'était pas question encore de mercantilisme, de resucée de codes caricaturaux et ridicules, de manipulation de médias pour pousser à la consommation ou encore de clichés.
30° Everywhere est un excellent exemple pour connaître ce qui faisait tout le charme de ce mouvement qui porta sans doute mieux que personne, toute la contradiction à vouloir être sensible dans un monde de brutes. Aucun raté ne figure sur cet album et c'est un miracle que d'entendre toutes ces mélodies sublimes portées par une basse pressante, des guitares incisives et méchantes et un rythme effréné. Le chant hésite entre chant clair et voix éraillé par l'émotion, qui ici transpire de partout. Tout est décuplé au cent mille, l'émo ne s'embarrasse de rien, il jette à tout va: intro délicieuse, riffs caressant aussitôt détruits par une rythmique de plomb ou un chant sur la corde raide, faussé, gueulard par moment lorsque les nerfs s'échappent. L'urgence est particulièrement de mise, comme si on avait peur d'oublier ce qu'on avait à transmettre, comme si les émotions brûlaient le corps et qu'il fallait les sortir pour éviter la consumation, sans pour autant oublier coûte que coûte un attrait stylistique pour les mélodies, qui flirte souvent le haut vol. Peu importe si le chant n'est pas juste quelque fois, que le jeu se brouille bien souvent, c'est que le tempérament l'a emporté sur la raison.
On est plongé directement dans le monde émotionnel des musiciens, tourbillon de rage, désespoir, tendresse, romantisme, colère, le tout s'entrechoquant à grande vitesse. Tout est palpable, là, devant nous, en quelques titres très courts mais d'une authenticité rare, incorruptible presque. Sans se rendre compte, on transite de moment calme, chaloupée, à des instants plus explosifs. Et l'on respire.
S'identifier à ces gamins, un peu perdus, mais tellement volontaires, est évident, presque naturel, tant cette musique garde encore toute sa fougue, son charme et ses erreurs de jeunesse.


Très bon   16/20
par Vic


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
266 invités et 2 membres
Arno Vice
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?