The Blood Brothers

Young Machetes

Young Machetes

 Label :     Wichita 
 Sortie :    mardi 10 octobre 2006 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Attention gros disque !
Avec Young Machetes, les Blood Brothers signent ici un cinquième album, à l'aube de leur (déjà) dixième année d'existence.
Produite par Guy Picciotto (Fugazi), la nouvelle marchandise des américains se veut encore et toujours excitante, urgente et euphorique.
Après un premier EP pour leur nouveau "all star" side-project répondant au nom de Head Wound City (qui comprend par ailleurs des organes de The Locust et des Yeah Yeah Yeahs dans son anatomie), Jordan Blilie et Cody Votolato reprennent donc du service pour donner suite à l'excellent Crimes, propulsé en 2004. A ceux qui se demandaient encore qui avait repris le flambeau sénile laissé par les touffes volantes d'At The Drive-In, et à ceux qui le savaient déjà, les Blood Brothers répondent ici avec justesse et enfoncent plus que probablement le clou. Là où The (International) Noise Conspiracy s'était tragiquement enfoncé à l'heure de signer -peut-être- le coup de maître définitif et tant attendu, les yankees passent le cap de l'état de grâce sans la moindre difficulté, mais au prix d'éructations éperdues et d'efforts physiques incessants, tout en gardant une créativité robuste.

Pour ceux qui ne supportaient déjà pas les cris efféminés présents dans l'une des deux vocalises de la bande de Seattle, le verdict sera plus que probablement identique aux bilans des précédentes œuvres. Cette dernière s'impose d'ailleurs plus régulièrement que le chant posé et peut, à (très) long terme, irriter voire crisper. "Set Fire To The Face On Fire", lancé par une artillerie rappelant étrangement un certain "Pure Morning" de Placebo, donne d'emblée le ton, où cris et hystérie prennent d'emblée le dessus.
Ce qui est certain, c'est que vu la relative linéarité du menu musical proposé par les Blood Brothers, on aura droit à un verdict personnel mauvais ou excellent, où la folie angoissante et prenante tentera de balayer la lassitude entêtante ; pas de juste milieu donc.
Quitte ou double, alors ? Après le probant single "Lazer Life", "Camouflage, Camouflage" se veut en tout cas ingénieux, où le côté "emo-sexuel" se fait fortement ressentir. La palme d'or du disque tombera finalement sur "Lift The Veil, Kiss The Tank", repoussant le spectre de tous les prétendants à la reprise du flambeau. The Used ou encore Glassjaw ont depuis longtemps disparu.

Young Machetes : continuité d'un groupe qui reste au sommet et qui, espérons le, découragera définitivement les horribles troupes dénudées d'inventivité et de véritable exaltation. Il y a les Blood brothers, et il y a(vait) les autres.


Excellent !   18/20
par X_Cosmonaut


  Disponible le 10 octobre 2006 en import, la sortie européenne est cependant repoussée à janvier 2007.


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
181 invités et 2 membres
Pab
GBV_GBV
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?