The Sleepy Jackson

Personality (One Was A Spider, One Was A Bird)

Personality (One Was A Spider, One Was A Bird)

 Label :     Virgin 
 Sortie :    lundi 21 août 2006 
 Format :  Album / CD   

Quand on pense à ce groupe il y a 3 ans et à son frèle leader, corbeau romantique effarouché tout de noir vêtu, son polo rayé, sa petite moustache, son timide maquillage et son regard fuyant, on se dit que les temps ont bien changé. Quand on pense à ce songwriter timide qui avait su nous enchanter avec son folk très mélodique, accrocheur aux tons si personnels (quoique bien inspirés de George Harrison et consorts), à la voix si perçante, on avait peur que celui-ci finisse au panthéon des "rock-stars-géniales-mais-déchues-qui-ont-tout-révolutionné-en-un-album"... Halte là, grave erreur !!! Le frèle leader est vivant, et même bien plus que ses congénères, tant cet album est un hymne à la vie tout entière, toutes fanfares en avant ! Il y a comme une renaissance avec cet album, une envie, un désir, une rage de vivre encore plus fort !! Plus fort, plus grand que tout le monde.

Cet album est un délire de mégalomane comme il en existait il y a quelques temps et qui ont d'ailleurs sombré dans la folie un jour ou l'autre (on pense à Brian Wilson et Phil Spector). Cet opus est un hymne à la démesure, à l'exaltation, à l'extrapolation, à la grandeur d'une âme et de ses ambitions: la personnalité (d'où le titre) d'un homme atteint de folie des grandeurs, avec un aspect clair, net, heureux et innocent (le "bird") et un aspect enfoui, obscur, le Mal qui est en nous (la "spider") et qui nous plonge sans arrêt dans un état perpétuel de schizophrénie, partagés entre Dieu et Satan, le Bien et le Mal, l'égoïsme et l'altruisme, la grandeur d'âme et les bas instincts animaux.

Du dépassement de soi, de l'exaltation, il y en a: une illumination incessante de choeurs célestes, cuivres, cordes, le tout retranscrit en symphonie, une "symphonie adolescente adressée à Dieu" comme disait Brian Wilson; ici, il s'agit bien de ça. La production est grandiose, lyrique, très dense, très baroque. Le son est d'une clarté éblouissante qui nous colle en transe, des éclaboussures dans un palais rempli de dorures, ornements, draperies, comme le chateau de Versailles de la pop ("Devil Was In My Yard").
Un mur de son omniprésent a pour effet de remplir l'espace, en plus de tous les instruments déjà placés dans l'oeuvre; Luke Steele a, pour l'occasion, invité une vingtaine de musiciens à jouer avec lui.

Certaines compositions sont plus sobres, plus simples, offrant un schéma pop plus classique ce qui a pour effet de créer un contraste et une mise en relief qui nous font éviter toute indigestion et prendre un peu de recul, un repos pour l'âme et une sérenité dans les oreilles ne faisant parfois pas de mal ("Miles Away", "How Was I Supposed To Know"). Il est vrai, cet album est moins immédiatement accrocheur que son prédécesseur (Lovers) tant les structures sont complexes; Luke Steele s'est mis à délirer sur les variations mélodiques et rythmiques sur chaque composition, comme si chaque titre devait être une pièce symphonique en plusieurs mouvements (comme en atteste le single "God Lead Your Soul"), lui en pleine illumination créatrice.
Parfois il veut aller tellement loin qu'il se perd, et nous avec lui, dans un genre de disco symphonique à mille lieues de toute musique terrestre ("Play A Little Bit For Love").

Les influences ? Pop très symphonique, disco irréelle... on ose à peine dire que c'est du Sleepy Jackson tant le premier album semble différent de celui-là (même si on reconnaît la voix et l'âme du groupe, c'est indéniable).
En clair c'est un délire contemplatif illuminé mais qui ne manque pas de beauté, finesse, luxe, calme et volupté.

Une expérience, certes, unique, mais qui a peut-être voulu aller trop haut. Le même album avec dix ans d'expérience dans le songwriting en plus donne le chef-d'oeuvre absolu de tous les temps !!! Pour le coup il aurait sans doute fallu viser un peu moins haut et se reconcentrer sur la cohérence de certaines choses. Mais bon, je chipote.


Excellent !   18/20
par Psychocandyxx


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
175 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :