Jessamine

Jessamine

Jessamine

 Label :     Kranky 
 Sortie :    vendredi 26 mai 1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Le premier album de Jessamine impose d'ores et déjà une évidence: Jessamine est (ou était en l'occurrence) un groupe fantastique ! En 1995, Andy Brown et sa bande ont réussi le pari de publier comme tout premier effort, un opus d'une qualité absolument remarquable. Et c'est donc avec un réel plaisir que l'on se laisse entraîner aux confins d'un post-rock de grande classe, relativement tendu par instant, tension d'autant plus renforcée que la musique de Jessamine peut apparaître parfois dépressive voire désespérée. Là se trouve tout le charme de Jessamine.
Malgré tout, chacune des quelques notes disséminées par la guitare aérienne de Rex Ritter se complaît à évoluer au sein de sphères à la fragilité déconcertante, si bien que cet album se retrouve doté d'un caractère quasi-irréel et insaisissable. Comme si toutes ces mélodies effleurées ("One Trick Pony" ou "Cellophane" pour ne citer qu'elles), se présentaient à nous, suspendues dans les airs pour quelques instants seulement, avant de disparaître timidement. Mélodique, certes, mais également parfois très noisy. "Inevitably" par exemple nous rappelle au souvenir de guitares presque abrasives où tout n'est plus qu'un enchevêtrement de couches de sons indiscernables, dénués de toute violence, mais ô combien enchanteur.

Toute la force du gang de Seattle réside dans l'utilisation du moog d'Andy Brown, soutenu par la basse prédominante de Dawn Smithson et les mélodies noisy et déstructurées de Rex Ritter. Voilà ce qui fait déjà le "son" Jessamine pour ce premier opus et des deux qui suivront. Ajoutez à cela une batterie épileptique et saccadée, et nous voilà avec un combo évoluant dans un registre post-rock, quelque peu noisy à la My Bloody Valentine, du plus bel effet.
Mais pour autant, les voix également parviennent à tirer leur épingle du jeu. Ainsi, c'est avec le superbe "Secret" que Dawn Smithson nous fait profiter de son chant, conférant une dimension encore plus éthérée et envoûtante au rock de Jessamine, impression maintenue d'ailleurs au fil des nombreux morceaux nous dévoilant la voix de Andy Brown.

Album réussissant le pari d'associer nervosité flagrante et lasciveté ambiante, ce Jessamine est un véritable concentré de post-rock hors-norme orchestré de main de maître par ses auteurs, évoluant dans un esprit très proche de celui de leur voisin de label, Labradford.
Un premier album fantastique donc !


Excellent !   18/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
195 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...