DeVotchKa

Una Volta

Una Volta

 Label :     Cicero 
 Sortie :    mardi 20 mai 2003 
 Format :  Album / CD   

A coup de violons et de world-music bien sentie, DeVotchka justifie sur Una Volta tout le bien que l'on peut penser d'eux. Moins réfléchi et abouti que How It Ends, ce troisième album s'avère tout de même passionnant quasiment de bout en bout. Entre instrumentaux fédérateurs à la Tiersen comme "Death By Blonde" et chansons populaires ("Queen Of The Surface Streets", ma préférée), le groupe dévoile des trésors d'imagination pour mixer sans trembler les musiques est-européennes qui font son identité avec les sons plus traditionnels de leur vécu américain. Un mix dangereux, imprudent, mais qui passe la plupart du temps.

La plupart du temps, car le principal reproche qu'on pourrait éventuellement leur adresser, c'est de parfois tomber dans la caricature maladroite et un peu facile en milieu d'album ("One Last Vow", "Vengo, Vengo"). Mais en retrouvant des couleurs sur la fin avec deux excellents titres, "C'est Ce La, Pt. 2" et "Commerce City Sister", DeVothcka finit son oeuvre sur une bonne note.

C'est avec cet album que Andrew Bird a succombé aux charmes du groupe et c'est grace à Andrew Bird que j'ai connu Devotchka. Je me devais donc de découvrir cet album et de vous faire partager mon sentiment: Una Volta constitue une belle étape préalable avant un How It Ends qui montrera leurs progrès et leur nouvelle ouverture d'esprit. Ni plus, ni moins.


Sympa   14/20
par Sinoc


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
200 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?