Calla

Collisions

Collisions

 Label :     Beggars Banquet 
 Sortie :    mardi 27 septembre 2005 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Les trois Texans de Calla nous avaient offert, avec leurs précédents albums, autant de disques aussi expérimentaux que sans concessions. De leur premier album éponyme sorti en 1999 à Televise en 2003, véritable florilège de tubes envoûtants par leur noirceur et leur richesse, en passant par le petit bijou Scavengers paru en 2000 (bien que pas vraiment à la portée du premier néophyte venu). Calla se cache derrière un son puissant, et se niche quelque part entre Ride et My Bloody Valentine, les deux noms qui viennent d'emblée à l'esprit à l'écoute des albums, et plus encore en concert.
Depuis Televise, Calla a opéré un virage majeur. Après le départ de son bassiste Sean Donovan et son remplacement par Jorge Gonzalez, la bande menée par Aurelio Valle a choisi d'arrondir les angles. Sans rien abandonner des expérimentations et de la remise en cause du rock qui les caractérisent, les musiciens ont rendu leur musique indéniablement plus accessible. Le rock de Calla est clairement plus abordable, mais explore de nouveaux horizons, certes moins exotiques, mais diablement excitants. De l'impérieux "It Dawned On Me" à la richesse sonore de "Stumble", le disque navigue en eaux troubles, au coeur de la mélancolie et des dissonances.
Calla est toujours aussi inclassable, a perdu de son mysticisme, sacrifié a profit d'une approche certes moins ambitieuse, mais avance dans le doute permanent, dans un brouillard sonique compact, qui laisse à penser que Calla délaisse l'exploration pour l'amour de la désorientation.
Au final, un excellent album de rock pour une évolution vers la clarté. La remise en cause et le doute seront toujours facteurs de réussite.


Parfait   17/20
par Arsenic


  Réédition le 7 février 2006


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
372 invités et 2 membres
Hpl
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?