Will Haven

Carpe Diem

Carpe Diem

 Label :     Revelation 
 Sortie :    mardi 23 octobre 2001 
 Format :  Album / CD   

C'est après deux premiers albums que l'on qualifiera volontiers de relativement anodins qu'arrive, fin 2001, le dernier opus de Will Haven. Dense, compact, d'une rare cohérence et d'une grande homogénéité tout au long de ses dix pistes, Carpe Diem tisse sa toile au fil des écoutes, construisant patiemment un univers noir d'une incroyable lourdeur, distillant une atmosphère dérangeante, malsaine en alternant accès de fureur destructeurs et accalmies glauques, presque angoissantes. Ce que l'on comprend rapidement à mesure que les morceaux s'enchaînent, c'est que les musiciens ne misent ici pas sur la puissance mais sur le poids de leur son ; ils ne cherchent pas à assommer sous une avalanche de coups mais à exercer une pression constante, égale, en s'appuyant sur des sections rythmiques relativement lente et sur le timbre déchirant des cris d'un Grady Avenell au sommet de son art, qui profite de la balance parfaite enfin trouvée entre son chant et le jeu de guitare tantôt lancinant, tantôt énergique, toujours intensément pesant de Jeff Irwin.
Il est difficile de sortir des titres en particulier de ce disque tant, je l'ai dit, il semble avoir été réalisé dans un souci de cohérence et d'homogénéité. Peut-être le single "Carpe Diem", le très bien nommé "Dolph Lundgren" ou "Miguel encontro la fe otra vez" et son final époustouflant sont-ils légèrement au-dessus du lot. Ce qui est sûr, c'est qu'avec cet album sans concession, Will Haven est parvenu à se démarquer encore plus de cette scène métal avec laquelle ils entretiennent des liens étroits.


Excellent !   18/20
par Mybloody


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
428 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :