Fantômas

Fantômas

Fantômas

 Label :     Ipecac 
 Sortie :    lundi 26 avril 1999 
 Format :  Album / CD   

A la sortie de Amenaza El Mundo, nul ne pouvait se douter de ce qui l'attendait. Mike Patton et ses compères pondent ici un chef-d'oeuvre novateur. Novateur, dis-je ?

Imaginons l'amateur basique de métal, cheveux longs, tee-shirt Immortal, petite barbiche et tout de noir vêtu, un gars qui achèterait ce CD, frustré de ne pas voir paraître la dernière production d'un groupe métalcore - ou genre celui dont Ozzy Osborne dira que c'est du Melvins dilué à la sauce techno. Vous voyez le genre ?
Eh bien, ce type-là, imaginons-le acheter ce disque, rentrer chez lui et écouter la première réalisation de Mike Patton au sein d'un nouveau groupe appelé Fantomas. "D'enfer, ça sonne bien comme nom ! enfin bon apparemment la pochette est bizarre, je préfère celle de Korn" (vous aviez deviné ?).
Imaginons son incompréhension face à cette virtuosité effarante qu'il ne perçoit pas: 30 pistes qui commencent déjà par un son incroyable surgit de la gorge de Patton, puis un long roulement de cymbales. Voilà. Il y est. Incompréhension. S'il en a le courage, pendant pas moins de 30 pistes, trente "pages" d'une sorte d'histoire improbable, il va se confronter à ce que Patton lui-même qualifie de musique impossible.

Et pourtant, quel tour de force. Patton joue avec sa voix, maitrise ce jeu exceptionnel. Tantôt grave, tantôt aiguë, tantôt dissonante, tantôt suave, tantôt gluturale, tantôt métallique... Comme un instrument à part entière. Des onomatopées rythmiques qui ponctuent, accompagnent; des onomatopées mélodiques qui jouent le role principal. Rajoutons à cela des riffs brutaux engagés par Buzz Osborne, un Dave Lombardo à la batterie (vraiment) plus qu'incisive et un Trevor Dunn Impeccable, tous à la précision presque... effrayante. Magistral.
Imaginons donc que pendant 42 minutes et 44 secondes, il écoute ce mélange de styles, déjanté au possible, mêlant gros sons et sons expérimentaux. Pas le temps pour lui de faire son signe adoré en levant la main, le moment n'est pas au headbanging. Parce que ce disque se savoure de bout en bout. Certes, il faut aimer le grind-core, et la musique déjantée. Les amateurs de Captain Beefheart pourraient même établir une sorte de parallèle entre lui et son Magic Band, Patton et Fantômas.

Fantômas séduit, interroge, alerte. Et c'est bien son but. Amenaza El Mundo est une réussite totale. Derrière cette pochette certes fort sympathique, il faut aussi pouvoir imaginer -et admirer- la performance en live cachée derrière chaque morceau.
Tout bonnement impressionant. Impressionant et novateur.
Pour certains, peut-être pas
le meilleur du groupe, mais il annonce cependant avec panache les prémisces des albums à venir.


Exceptionnel ! !   19/20
par DukeOfPrunes


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
118 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?