The Dirtbombs

Ultraglide In Black

Ultraglide In Black

 Label :     In The Red 
 Sortie :    mardi 29 mai 2001 
 Format :  Album / CD   

Cet album aurait pu n'être qu'un simple album de reprises soul par un groupe garage underground. Cependant le choix des artistes repris (Smokey Robinson, Sly And The Family Stone, Curtis Mayfield...) présume du bon goût dudit groupe garage. A ce bon goût il faut rajouter la voix de Mick Collins qui excelle tant dans le registre soul ("I'll Wait", "Livin' For The City") que rock ("The Thing", "Ode To A Black Black Man") et permet à chacune des chansons de conserver les atouts des originaux en leur insufflant la rage rock'n roll. Les morceaux présents sur le disque surpassent presque leurs modèles, c'est en tout cas ce que tout fan de rock doit ressentir en l'écoutant, tellement le swing et la fureur se mêlent à la perfection. La voix n'est pas l'unique facteur de cette réussite, le matériel vintage et la production analogique permettent de recréer un son proche de ce qui pouvait se faire à l'âge d'or du rock et rend l'ensemble cohérent.

En 2001, The Dirtbombs ont donc sorti un disque aussi dansant que violent, et très proche de la perfection.


Exceptionnel ! !   19/20
par Pabelbaba


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 22 juin 2007 à 10 h 29

Attention ! Matériel hautement inflammable ! Prudence ! Toute personne en possession de cet album est soumise à différents risques :
- mouvements incontrôlables du bassin
- état euphorique violent
- suractivité nocturne
- perte totale de la notion de sens
Ce produit est vivement déconseillé aux personnes tristes, chiantes, coincées, amères, froides et qui ont un long ustensile de ménage dans l'arrière train. Attention, ce produit peut être mortel pour les jeunes adhérents de l'UMP et pour tous les sarkozistes !!

Plus sérieusement, cet album est une véritable bombe où Mike Collins (un demi dieu à Detroit, le "Nitroglycerine" des Gories, tu connais ?) et ses sbires dépoussièrent de vieux standards R'n'B, funk ou soul et les passent à la moulinette garage punk, dans une atmosphère moite et sexy à souhait. Marvin Gaye ("Got To Give It Up"), Stevie Wonder ("Livin' For The City"), Barry White ("I'm Quailfied To Satisfy You") ou Thin Lizzy ("Ode To A Black Man") joués par les Sonics. Quel alléchant programme ! Il est vraiment difficile de rester de marbre à l'écoute d'Ultraglide In Black : du racé "Chains Of Love" aux groovy "Got To Give It Up", toutes les chansons donnent une irrésistible envie de danser, bouger ou sauter comme des cons. Le terminal "Livin For The Week End" est peut être la meilleure preuve du talent des Dirtbombs : rythme effréné, guitare tranchante et bluesy, basse fuzzy, choeurs féminins sexy... tout est parfait et l'adrénaline monte d'elle même. A noter l'excellente (et seule) compo originale du groupe, l'endiablé "Your Love Belongs Under A Rock".
Album totalement jouissif, il enflammera vos soirées les plus chiantes et coincées. Poussez les canapés, les Dirtbombs sont sur la platine...
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
237 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?