The Moldy Peaches

The Moldy Peaches

The Moldy Peaches

 Label :     Sanctuary 
 Sortie :    mardi 11 septembre 2001 
 Format :  Album / CD   

Devant ce disque les amateurs de musique raffinée passeront leur chemin. Ici la qualité musicale n'est pas présente: les guitares sont mal accordées, le son saturé et les solos de guitare ne serait pas renié par le pire groupe de métal des années 80.
Mais voila ce disque est joué d'une façon nouvelle ce qui manque beaucoup à la musique actuelle. Si le groupe est composé de 6 musiciens il est surtout dominé par Adam Green, qui trouve ici la base de sa carrière solo, et Kimya Dawson avec sa magnifique voix.
Pour l'anecdote Kimya était d'ailleurs la surveillante de Adam en colonie de vacances et c'est la qu'il se sont mis a composer des chansons. Sur les plus anciennes Adam avait 13 ans et pas plus de 18 ans sur les dernières enregistrées.
Les Moldy Peaches sont les héros de cette scène antifolk, la musique, qu'on peut définir comme romantico-trash, y est minimum et les textes toujours bien tournés. On trouve des bonnes tranche de délires comme sur "Steack For Chicken" et parfois beaucoup plus triste comme sur "Goodbye Song".
Finalement avec un seul véritable album ils sont sans soute l'esprit de la musique new-yorkaise bien plus que les Strokes qui n'innovent finalement pas énormément.
Alors n'hésitez pas écouter ce disque euphorisant.

Les meilleurs titres :
"Anybody Else But You"
"These Burgers"
"Steak For Chicken"
"The Ballad Of Helen Keller & Rip Van Winkle"


Exceptionnel ! !   19/20
par Mozz


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 28 janvier 2007 à 18 h 12

Bienvenue dans l'anti-chambre de la folk music... A l'écoute de cet album, on pourrait croire que Bob Dylan et The Velvet Underground ont couché ensemble pour nous offrir ce bijou qu'est The Moldy Peaches. Troubadours déguisés en lapin rose et chansonettes épicées: voilà l'ambiance générale de ce disque dans lequel chaque titre semble nous raconter une histoire au coin du feu. L'alchimie qui opère entre la voix rauque et cassée d'Adam Green et la voix sensuelle de Kimya Dawson ne peut nous laisser de marbre et l'écoute de morceaux tel que "I Forgot" ou encore "Steak For Chicken" peut nous rappeller le duo Lee Hazlewood et Nancy Sinatra.
Grâce aux 19 morceaux du disque, la folk music renaît de ses cendres dans un style musical dépouillé et volontairement crasseux, de quoi vous donner frissons et sueurs froides.
Un disque qui ne se prend pas au sérieux mais qui est précieux, intimiste, destroy, humoristique, "do it yourself" (voyez la pochette !), innovant et surtout MAGNIFIQUE. New York City, une fois de plus, nous montre la voix à suivre...
A consommer tout de suite et sans modération !!!
Longue vie à l'antifolk !
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 12 mars 2007 à 17 h 04

The Moldy Peaches. Au premier abord en écoutant "Anyone Else But You" dans la pub Orange de la coupe du monde (rappelez vous !), ils m'ont rappelé les Vaselines (groupe adulé par le leader de Nirvana). On trouve dans ces 2 groupes la même complémentarité d'un chant masculin grave et d'une voix féminine un peu rocailleuse.

La différence réside dans le genre de prédilection de ces 2 groupes. Plutôt pop Beatles et Pixies pour les Vaselines, et alternance de folk-dissonant et de post-rock pour nos intéressés. Les puristes des années 70 trouveront à redire sur la propreté du jeu des 2 énergumènes. C'est dissonant c'est pas propre, c'est désaccordé... vraiment pour une oreille peu habituée aux genres bruitistes c'est une horreur. Heureusement My bloody Valentine, Sonic Youth, le Velvet Underground et consorts ont su créer des genres bruitistes appréciés du public, et les Moldy Peaches se sont nourris de ces derniers pour créer leur 'anti-folk' novateur.

Le groupe se forme autour des personnalités de Kimya Dawson et surtout d'Adam Green, qui est beaucoup plus connu aujourd'hui. Les tournées avec Tenacious D et les miteux Strokes ont aussi permis à ce genre de trouver une forme de reconnaissance.

Cette musique est une espèce de parodie du folk : un énorme travail est effectué sur les textes, mais la musique les accompagnant sonne décousue et dissonante ("Nothing Came Out", "Who's Got The Crack" pour le moins explicites). D'un autre côté le charme de leurs chansons folk est indéniable sur des perles comme "Steak For Chicken" ou "Anyone Else But you". Incontournables.

Le seul défaut qu'on peut trouver à cet album est d'être vraiment très long, et de parfois tomber dans la redondance. Mais bon c'est le style qui veut ça.

Pour conclure je dirais que c'est un genre à part entière qui ne demande qu'à être découvert. Pour les fans de musiques noisy, et pour une autre vision du folk, votez Moldy Peaches !
Bon   15/20







Recherche avancée
En ligne
211 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?