PainKiller

Collected Works : The Complete Studio Recordings 1991-1994

Collected Works : The Complete Studio Recordings 1991-1994

 Label :     Tzadik 
 Sortie :    1997 
 Format :  Compilation / CD   

Experimental terror space-jazz & jazz-core. C'est le style, à tout le moins ça s'en approche: prenez 3 musiciens déjà libérés du problème de catégoriser leur propre art dans un genre précis, rajoutez quelques participants occasionnels et des sorciers du son qui ne se posent pas plus la question, et vous serez déjà mal partis pour savoir comment caractériser cet UFO musical. Autant citer les projets dans lesquels chacun a participé, ce sera plus simple: donc le batteur, Mick Harris, fondateur du premier groupe de grind-core Napalm Death, qu'il quittera très vite après avoir inventé un nouveau drumkit rapide et violent, le blast-beat, pour ensuite se consacrer à des projets plus planants et malsains tels Scorn, Lull ou Quoit, pour cause de léger raz-le-bol du metal; le bassiste, Bill Laswell, spécialiste du free-jazz et du dub-ambient, producteur et remixeur passant d'une ambiance à l'autre avec Herbie Hancock, William Burroughs, Fred Frith, Swans, Public Image Ltd, etc... ou fondant un super-groupe, The Golden Palominos, où joueront Bob Mould (Husker Dü), Michael Stipe (REM), Richard Thompson (Fairport Convention), Anton Fier (Jeff Buckley) ou encore Carla Bley ; enfin le saxophoniste, John Zorn, figure de la scène new-yorkaise de musique expérimentale, poussant le jazz dans ses ultimes recoins jusqu'à le mutiler, vu comme un des compositeurs contemporains les plus influents de la fin du XXe siècle, peut-être parce qu'il considère le rock extrême - punk, noise, metal - comme de la ziq respectable, commençant par jouer des titres d'Agnostic Front, invitant Kevin Sharp de Brutal Truth, plus Jeff Buckley et d'autres vocalistes à son projet live & improvisé Cobra, ou produisant le 1° album de Mr Bungle.

Ces 3 personnalités ont déjà collaboré par paires, mais la toute première fois où elles joueront ensemble sera cette nuit d'avril 1991 où elles vont s'enfermer pour enregistrer une série de morceaux en one-shot, pour un disque faisant moins de 25 minutes sorti peu de temps après sur le label Earache, à l'époque spécialiste du metal extrême: ça commence par les cris de Harris, alors le saxo commence à hurler puis s'arrête, la batterie claque et roule, la basse impose sa distorsion, 30 secondes passent puis le tempo change subtilement et Zorn revient jouer, 20 secondes passent encore et intervient le 1er blast-beat de 10 secondes où Laswell semble jouer 2 lignes de basse en même temps pendant que le saxophone ébauche une mélodie, 20 autres secondes où le chaos s'ordonne en harmonie, puis les cris conjugués de Zorn et de Harris reprennent sur un blast-beat 2 fois plus furieux que le précédent où on se demande si ce n'est pas une guitare que tient Laswell, et on est enfin perdu... on se fait bouffer le crâne, brutalement puis subtilement, et ça dure 3 minutes et ça s'appelle "Scud Attack"; juste après, pour se reposer y'a un titre de 20 secondes, "Deadly Obstacle Collage". Et ça va continuer ainsi pendant 10 autres morceaux. En bref, une musique à l'image de la pochette, où des motifs de textiles orientaux aux couleurs chatoyantes entourent des photos noir & blanc tirées d'un institut médico-légal, en particulier celle d'un cadavre de femme enceinte ouverte du cou au pubis, avec l'enfant à naître visible parmi les viscères: le disque s'intitule Guts Of A Virgin. Voilà pourquoi la terreur.

Ils remettent ça en août et octobre 91 avec le disque Buried Secrets sorti en 92, durée 26 minutes, où leur musique va subir une évolution, va gagner en dépravation ce qu'elle perd en brutalité, même si les 3 premiers morceaux peuvent laisser croire à une classique continuité. En quatrième position se trouve en effet "Blackhole Dub", le genre de titre que Bill Laswell sortira sur son label Axiom: une plage emplie d'écho et de reverb construite autour d'une bass-line organique, où la batterie se pose de façon lourde et lente, toutes deux accompagnées de sombres samples et du saxophone qui tour à tour se fait caressant ou agressif. La parfaite transition pour ce qui suit et qui porte le nom de l'album, voyant débarquer comme invités spéciaux Justin Broadrick et GC Green, créateurs de Godflesh, groupe qui se verra qualifié d'industrial noise ou techno metal ou dark ambient ou autre truc affreux: presque normal qu'ils soient là, vu que Justin Broadrick est lui aussi membre fondateur de Napalm Death. Donc sur ce titre, ainsi que sur le dernier du disque, "The Toll", on a droit à un long voyage halluciné au tempo ralenti et mécanique, où la guitare abrasive de Broadrick répond à un Zorn torturé, où la basse accordée très grave de Green complète celle en distorsion de son alter-ego, où on ne sait plus si le rythme est tenu par Harris ou la drum-machine, chair de dieu. Les autres morceaux, du sixième au neuvième, se chargent cependant de tuer de nouveau la douleur d'une façon plus bestiale, même si on se demande ce qui est le plus douloureux à l'oreille ! Voilà pourquoi, le jazz-core.

Ces 2 albums sont regroupés sur le Disc Zero de ce Collected Works, avec en bonus une chanson de 8 minutes qui s'intitule "Marianne", avec là aussi deux invités, de violents japonais: Makigami Koichi (leader d'Hikashu, groupe qui mélange Kraftwerk et Magma) une espèce de mi-hurleur mi-psalmodieur qui chante comme si sa vie en dépendait, et Haino Keiji (Thurston Moore lui a fait beaucoup de pub, disques trouvables aux Disques du Soleil et de l'Acier) qui construit un mur de guitare dissonant, et crie/gémit "un peu" vers la fin. Titre serial-killer, tout en rage contenue jusqu'à ce que ça explose en déflagration atomique : horrible, miam !

So now, Disc One. Juin 1994, le trio retourne en studio pour enregistrer un nouvel opus nommé Execution Ground qui voit les morceaux se rallonger sensiblement, et la musique prendre encore une direction nouvelle, sous l'influence de Laswell comme précédemment, mais également ambient de Harris car celui-ci a déjà sorti les premiers albums de Scorn. Pourtant les 5'30'' d'ouverture de la première plage "Parish Of Tama (Ossuary Dub)" commencent furieux, comme sur les galettes précédentes, mais ça se calme très vite et du bruit comme un vent vicié se met à traîner dans les tympans, charriant des voix mortuaires, âmes damnées portées par cette force de la nature qui vont bientôt se mettre à danser sur un dub profond, progressivement mis en place par le couple basse-batterie, et sur lequel le saxophone n'aura plus qu'à se poser et subir un déluge d'effets. Deuxième titre, "Morning Of Balachaturdasi" débute par un rythme inhabituel, sur lequel viennent porter quelques coups de basse disto, avant qu'elles ne repartent vite en chambre d'échos, que la batterie se fasse lourde mais aérée, permettant à Zorn de tenter quelques bizarreries de son crû, ensuite la rythmique s'arrête, reprend, s'arrête, etc... et on part sur du free-jazz coloré et bruitiste, curieusement moins agressif malgré son aspect déstructuré, où le talent de producteur de Oz Fritz (qui bossa avec Brian Eno, Primus, Tom Waits) fait merveille car réussissant à garder une clarté à chaque son. Enfin arrive "Pashupatinath" où le saxophone devient presque sage, c'est cette fois-ci la batterie qui passe à la reverb, la basse en soutien, où des samples vont venir petit à petit manger l'espace sonore, avant qu'on ne reparte en instants très rapides, avec vocaux agressifs qui reviennent en toute fin sans pour autant tomber dans l'explosion facile... And now, Disc Two : en fait le remix ambient des premier et troisième morceaux de cet Execution Ground, assuré par Robert Musso, autre habitué des collaborations hautes en couleur, qui va gommer les sons trop percussifs et rallonger les plages, laissant aux sons réutilisés le temps de se développer dans l'espace, sans compter l'ajout de quelques samples par Harris, créant ainsi une atmosphère déprimante, sans possibilité pour l'esprit de trop se raccrocher à une rythmique sur la durée, obligé qu'il est de subir de sombres ambiances qu'éclairent parfois l'alto fou... Voilà pourquoi: space-jazz.

Quant au Disc Three, il s'agit d'un concert enregistré à Osaka en novembre 94 et qui prolonge l'évolution entamée sur le double disque précédent, mais avec un son et des conditions live, et une maîtrise époustouflante de l'improvisation: c'est à nouveau Oz Fritz qui assure la partie sonorisation, et qui donc contrôle les overdubs nécessaires sur chaque instrument, ce qui lui assure presque une place de 4e membre du groupe. Le son est donc impeccable, même quand il croule sous divers effets, on distingue parfaitement tous les instruments: Mick Harris n'a plus rien de commun avec un batteur habituel de metal, Bill Laswell s'éclate comme un petit fou en changeant de jeu comme de chemise, il y a des moments de groove poisseux, à part égale d'instants de violence vicieuse, sans oublier quand ça déjante complètement façon fusion nucléaire, ce qui permet à John Zorn de nous gratifier de quelques uns de ses meilleurs solos. La montée en pression se fait progressivement, avec des titres oscillant entre 9 et 13 minutes : en premier "Gandhamadana" qui permet à chacun de se tester et au son de se mettre en place, après ce tour de chauffe arrive "Vaidurya" qui nous emmène dans un espace surnaturel, alors "Satapitaka" décide de faire bouger et contenter autant le corps que l'esprit, puis "Bodkyithangga" repart sur du bruitisme zarbi en voyant débarquer mister Yamatsuka Eye aux vocaux, qui va rappeller les délires du groupe Can sur l'album Tago-Mago. Le dernier morceau est enfin - sans Laswell ni Harris - un affrontement entre le saxophone alto et le chanteur japonais, où ce dernier va prouver qu'il n'a rien à envier à un Mike Patton déchaîné, ce serait même presque le contraire... Donc le "John and Eye duo Encore" comporte 5 parties : "Black Bile - Yellow Bile - Blue Bile - Crimson Bile - Ivory Bile". Et c'est fini. Et voilà pourquoi l'expérimentation.

Un coffret de 4 CD donc, numérotés de 0 à 3, pour une des plus jolies rencontres de fortes individualités musicales des années 1990 qui va marquer durablement le son du futur, à réserver cependant aux oreilles exigeantes et non frileuses, ne s'abritant dans aucune chapelle, et ne pensant pas que la musique doit être régentée par le goût du public, ou pire celui de la critique: allez, salut les artistes, et tant pis si j'me trompe !


Intemporel ! ! !   20/20
par PrivateJoker


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
116 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?