Slowdive

Just For A Day

Just For A Day

 Label :     SBK 
 Sortie :    septembre 1991 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Nous y voilà... Où ça ? Quelque part entre le Shoegaze de Lush ou de Ride et la Dream Pop - je n'aime définitivement pas ce terme – des Cocteau Twins. En combinant le son des uns avec les ambiances des autres, Slowdive est parvenu à créer son propre univers oscillant entre atmosphères aérées et envolées sonores subtiles.
C'est avec "Spanish Air" que débute Just For A Day. Dès lors, tout apparaît clair et évident: avec une nonchalance exacerbée, Slowdive propose un rock dont les fondements reposent sur des nappes de guitares ou de violons (sans jamais s'avérer agressif, bien au contraire), permettant à l'ensemble de baigner dans une ambiance brumeuse et captivante. "Celia's Dream" poursuit dans la même veine, mais se trouve renforcée par les montées caractérisée par les guitares saturées, quoique délicates et plutôt gracieuses.

Le seul problème de cet album, comme les albums de Shoegaze en général, est cette tendance à toujours exploiter le même filon, et resservir inlassablement les mêmes recettes. Si "Catch The Breeze" parvient idéalement à poursuivre la magie ressentie lors des deux premiers morceaux, grâce notamment à un final magistral, "Ballad Of Sister Sue" ne perpétue pas l'heureux sentiment éprouvé jusqu'ici. Même en s'efforçant de chercher le splendide des compositions, la lassitude se fait grandissante... Ou plutôt, si la différence n'est pas énorme, Just For A Day ne réussit pas à passionner dans son ensemble et à susciter l'intérêt qui était le sien au début de son écoute; à savoir sa capacité à envoûter et entraîner l'auditeur dans l'univers auquel appartient Slowdive.

Il serait pourtant stupide de rejeter en bloc certaines de ces compositions. Ceci dit, Just For A Day constitue le premier opus de ce combo britannique, et représente ainsi un effort qui mérite d'être souligné, même s'il n'est pas vraiment exceptionnel.


Passable   11/20
par X_Jpbowersock


 Moyenne 16.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 01 juillet 2005 à 18 h 35

Si la dream pop a pu prendre sens, c'est indéniablement Slowdive qui l'a incarné le plus majestueusement.
Just For A Day est l'acte de naissance d'un son et d'un style, uniques pour toujours. Puissance sonore et puissance mélodique y sculptent une musique aérienne et saturée: le paradoxe n'est qu'apparent. S'il fallait faire correspondre cet album à un élément naturel, c'est évidemment au vent qu'on le rapporterait. Just For A Day est une mélancolique célébration de la vie, dont les fluctuations se confondent avec la respiration elle-même. Le titre de clôture "Primal" dévaste doucement les derniers repères qui subsistaient durant le céleste voyage: une véritable apothéose qui ouvre les abysses; ce morceau est un des plus intenses qu'il soit donné d'entendre.
Associé au shoegazing, Slowdive reste un astre isolé au sein de cette mouvance, dont seuls les The Pale Saints ont pu approché les couleurs. Ce qui permet de rappeller sereinement que le shoegazing a été le mouvement le plus passionnant du début des années 90, que ce retour mélodique de la pop ne reniant ni le punk ni la new wave fut salvateur.

Just For A Day évidemment... mais alors que ce jour ne finisse jamais.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 07 juillet 2011 à 00 h 42

Je n'ai rien à rajouter à la chronique de Shoegazer : c'est tout simplement ça ; tout ça. Après des écoutes de plein d'albums de rock et de ses dérivés des plus extrêmes aux plus éthérés, c'est l'album qui apaise, voire euphorise, la quintessence du shoegaze.
Pour ma part l'innocence est le thème fort de cet album, l'insouciance, et le feu en est l'élément, à en observer d'ailleurs la pochette qui est aussi l'une des plus symboliques d'un album, des plus abouties, invitantes, que j'ai pu voir.
Je suis juste heureux d'avoir écouté quelque chose de tel dans mon humble existence et en effet, la progression vers le "Primal" final est juste hallucinante pour un groupe aussi jeune, qu'on a d'ailleurs comparé aux Beatles après ce coup d'essai/ coup de maître. La définition de "groupe authentique qui se défonce pour leur premier album" prend aussi ici tellement de sens différents...
Il n'y a même pas de "masterpiece" comme dans Souvlaki ("Machine Gun", "When The Sun Hits"), tant tout est bon, tout se suit, est cohérent, enchaîné à merveille...
Chacun peut y voir l'élément qui lui sied : beaucoup m'ont parlé de vagues, de déferlantes de chaleur et de beauté épurée...
On retrouve ce groupe dans les inspirations metal shoegazing (Alcest), musique gothique (cf les Carnets Noirs qui recensent les musiques sombres: chapitre "Heavenly Voices"), et ici rock indé, alternatif.
Intemporel correspond à 20? Tant pis pour l'excès, c'est trop rare ces sons-là.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
179 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?