Le Klub Des Loosers

VANITE

VANITE

 Label :     Ombrage Editions 
 Sortie :    vendredi 18 septembre 2020 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Le Klub des Loosers fait son grand retour avec un quatrième album studio, Vanité, entièrement produit par son membre unique Fuzati, l'homme qui sortait masqué 20 ans en avance. Où situer l'album dans la discographie désormais assez conséquente du Klub? Après 2 albums centrés sur le personnage de Fuzati, un disque à part avec la musique d'Orgasmic et un intermède pop (Le chat et autres histoires) on a le droit cette fois a l'album le plus rap de la discographie. On attendra encore pour la fin de la trilogie annoncée.

Moi qui estime habituellement qu'avant 100 écoutes et quelques années, on ferme sa gueule et on ne chronique pas je me sors les doigts et me lance dans l'exercice de style, le plus simple étant encore d'y aller titre par titre.

"Champion": Le titre qui a annoncé la sortie de l'album et les thématiques principales de l'album : le Klub des winners, le culte de la performance et de l'apparence. Ça annonce la couleur : une instru bien sentie, un texte bien méchant et un refrain bof. On le verra par la suite c'est une constante.
"Réussir": S'indigner c'est pas agir, essayer pas réussir. On voit toujours ces conseils de merde un peu de partout Fuzati vous en fait une chanson. Bien sûr vous en prendrez pour votre grade au passage.
"Joie de vivre" : Un titre qui convient si bien au Klub. Sur les versions physiques de l'album ce titre est en duo avec Romeo Elvis. Cette collaboration a été retirée des versions sur le net. Un morceau à la TR-808 et au piano, avec une chorale féminine et un orgue au refrain. Sur la fin de l'espèce on avait été habitué au débit d'horreur sur fond de piano, on est un peu dans la même veine. Cependant j'ai un peu du mal avec ce refrain aux teintes pop sixties qui colle mal au reste du rythme de la chanson
"Moi Je" : Un morceau très Egotrip donc très dans le rap game. Il nous raconte son narcissisme en se parlant à lui-même. On à le droit à quelques phrases bien senti mais je n'accroche pas a ce titre avec un refrain horrible et une ambiance lente pas géniale.
"Le monde" : un morceau assez abstrait avec une nouvelle fois un refrain soul des années 60 pas forcément en phase avec le reste du titre. A vrai dire je n'ai pas vraiment d'avis sur ce titre qui est un peu à part. On reste bien dans l'ambiance quand Fuzati parle de venir pisser dans ton salon
"D'or et d'argent" : un des gros morceaux de l'album. Chaque phrase claque, l'instru déchire. C'est sans doute un des morceaux les plus marqués Hip Hop de toute discographie du Klub.
"Billet de cent" : une nouvelle petite balade sur fond de Piano. Pas le texte le plus inspiré, quelques jeux de mots assez moyens " Elle vient de Massy Palaiseau, me dit qu'elle m'aime et pas les autres" . En première impression un titre assez dispensable.
Courrir "; Le titre commence par la meilleur punch line de l'album. Et derrière ca enchaine. Je vous laisse découvrir.
"Comme eux" : en duo avec le chanteur de Biche, dont l'album "la nuit des perséides" est hautement recommandable. On revient sur le thème du culte de soi sur les réseaux sociaux. Un texte bien senti et une collaboration intéressante entre deux chanteurs aux univers assez éloignés.
Traitons en un coup l'enchainement" Battre", "Nouvelle Vague" et "Qui Perd Gagne". Là c'est du lourd. Instru parfaite et texte bien méchant. Surement les titres les plus évidents de l'album. Dans la radio qui n'existe que dans ma tête ce sont les tubes du moment. Pour nouvelle vagueon précisera qu'il n'est point question de cette vieille vague de cinéma bien chiante mais plutôt d'écologie de manière assez apocalyptique.
"Finisher" : Nouveau titre avec un refrain assez moyen. Un texte assez crépusculaire qui rappelle fortement Vive la vie. La déprime avec.
On notera sur le CD uniquement la présence d'un titre supplémentaire qui comme une synthèse de l'album contient un texte au top et un refrain décalé.
Avec Vive la vie gravé en moi, cet album contient quelques faiblesses. Espérons qu' il se remette au sample et surtout qu'il abandonne les refrains pour la conclusion de la trilogie. Comme tout le monde a son ticket pour le manège des vanités, d'autres y trouveront surement plus leur bonheur.
-


Bon   15/20
par Chaurionde


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
240 invités et 1 membre :
Toitouvrant
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard