Isobel Campbell

Voices In The Sky

Voices In The Sky

 Label :     Rough Trade ; Cooking Vinyl 
 Sortie :    vendredi 07 février 2020 
 Format :  Mini Album / CD  Vinyle  Numérique   

D'abord distribué en février dernier de manière limitée et exclusive par Rough Trade en CD et vinyle en accompagnement de There Is No Other..., l‘album marquant le retour d'Isobel Campbell après quatorze années de silence en solo, l'EP Voices In The Sky est maintenant disponible en numérique exactement six mois après (le 7 août donc), et par conséquent bien plus aisément accessible. Composé de cinq chansons, deux originales et trois reprises, il est un parfait complément au disque précité et démontre une fois de plus le talent de l'Écossaise pour construire des ambiances feutrées et relaxantes, ainsi que son goût des hommages délicats.

"Together" et "Sa Ta Na Ma", les deux compositions écrites par Campbell, s'appuient sur de belles parties de cordes et coulent comme de tranquilles rivières. Quant aux trois reprises, elles confirment, si besoin était, la passion profonde (l'obsession oserais-je même) de la chanteuse pour les années 60. Et sur quelle autre décennie aurait-elle pu jeter son dévolu, tant son timbre et sa façon de chanter (sans parler de sa blonde chevelure) semblent venir tout droit de cette époque ? Elle a toujours été l'une des plus indiquées pour faire revivre cette folk-pop sixties et ce n'est pas maintenant qu'elle va commettre un faux pas. L'exercice n'est pourtant jamais aisé, d'autant plus qu'elle ne choisit pas la facilité ici. Mais elle s'en sort tout à fait honorablement, en misant avant tout sur l'épure et l'espace, que les arrangements soient simples ou plus fournis. "Never My Love", à l'origine des Californiens de The Association (Insight Out, 1967), rentre dans la première catégorie. Campbell ralentit le morceau, y introduit une langueur assez délicieuse et lui donne les atours d'une comptine innocente. Également dans cette catégorie visant la sobriété, on retrouve ensuite rien de moins que l'immortelle "Something" d'un certain George Harrison, présente sur le meilleur album du groupe dont il faisait parti (Abbey Road, 1969, faut-il le rappeler). La même recette est appliquée et c'est un pur délice. Légèrement plus ornée est la reprise du "Voices In The Sky" des Moody Blues (In Search of the Lost Chord, 1968), avec cordes et discrètes percussions en renfort, pour un résultat tout aussi charmant et plaisant. Mais pouvait-il en être autrement avec Isobel Campbell ? Assurément non.


Très bon   16/20
par Poukram


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
225 invités et 4 membres
Dale
Toitouvrant
Interpolian
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?