Isobel Campbell

Time Is Just The Same

Time Is Just The Same

 Label :     Snowstorm 
 Sortie :    lundi 12 avril 2004 
 Format :  Mini Album / CD  Vinyle   

Isobel Campbell n'a pas attendu de quitter Belle & Sebastian pour sortir ses propres albums. Sous le nom de The Gentle Waves, elle a en effet publié, via Jeepster Records, le label du collectif écossais, les très charmants The Green Fields of Foreverland en 1999 et Swansong for You en 2000, les deux étant évidemment très marqués par ce que produisait alors le groupe de Glasgow. Après avoir rompu avec ce dernier au printemps 2002, elle s'est rapidement attelée à un nouveau disque, qu'elle sort sous son nom en octobre 2003, le délicat et très beau Amorino, qui poursuit ce qu'elle faisait avec les Gentle Waves à travers une veine folk-jazz mélancolique.

Et pour promouvoir ce nouvel effort arrive, en avril 2004, l'EP Time Is Just The Same, du nom du morceau final d'Amorino. Si ce sautillant duo gorgé de magnifiques cordes avec Eugene Kelly des Vaselines est repris tel quel, deux autres titres échappés du disque sont quelque peu modifiés. Le superbe "Why Does My Head Hurt So ?", à l'origine instrumental, voit sa déchirante ligne de clavier remplacée par rien de moins que la voix de Mark Lanegan, pour la toute première collaboration entre lui et Campbell, prélude aux trois albums que les deux sortiront bientôt ensemble. Lanegan, particulièrement en voix sur ce morceau et bien soutenu par l'Écossaise, déroule sur des paroles de son cru ("Baby, tell me why did I drift so far / Tell me baby, why do I fall so hard"), typiques du canon laneganien, mais quand c'est chanté avec autant de classe et d'autorité, on y croit et on ne peut que s'incliner.

L'autre titre d'Amorino à connaître quelques changements est "The Breeze Whispered Your Name", avec ici une version condensée, ralentie, dirigée par un piano délicat, qui peut aussi se voir comme une suite, un prolongement de l'original, d'où le "Part 2" accolé au nom sur cet EP. On a également droit à l'inédit "Bordello Queen" et à deux reprises. D'abord "Bang Bang", l'immortel classique de Cher sorti en 1966, composé par son époux d'alors, Sonny Bono, et le "Argomenti" de feu le Maestro Ennio Morricone, chanté à l'origine par Franca Evangelisti, et écrit pour illustrer le film Le casse (1971) d'Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo et Omar Sharif, un des gros succès de l'année ciné en France (plus de quatre millions de spectateurs). Ces morceaux baignent tous trois dans l'ambiance folk-jazz tantôt voilée, tantôt décontractée chère à Campbell et s'avèrent faire parfaitement le lien avec les autres et être une impeccable continuation d'Amorino. Ou une introduction idéale, selon l'ordre dans lequel vous les écoutez !


Parfait   17/20
par Poukram


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
205 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused