Gnaw Their Tongues

I Speak The Truth, Yet Withe Every Word Uttered, Thousands Die

I Speak The Truth, Yet Withe Every Word Uttered, Thousands Die

 Label :     Consouling Sounds 
 Sortie :    vendredi 03 avril 2020 
 Format :  Album / CD  Numérique   

Nous voilà donc dans l'antre de la folie, la vraie, celle qui effraie, qui file une chiasse incontrôlable. Depuis 2006, le Hollandais Mories, via son projet Gnaw their Tongues, nous traumatise avec sa musique croisant le pire du Noise et du Black Metal. Treize albums en comptant le dernier I speak the Truth, yet withe every Word uttered, Thousands die, au moins autant d'EPs et de splits, la productivité et l'inspiration cauchemardesque de cet homme sont impressionnantes, sans compter qu'il arrive à se renouveler (ou presque) à chaque sortie.
Ici, il me semble que les aspects bruitistes sont encore plus présents que sur les disques précédents, frôlant parfois l'inaudible ("White Void black Wounds"), le chant hurlé en arrière plan renforçant l'aspect profondément malsain de la musique. En un mot, cet album est odieux et j'en viens à remercier le compositeur de ne l'avoir fait durer que trente-cinq minutes pour huit titres scandaleusement outrageants.
Gnaw their Tongues est définitivement le genre de formation que l'on ne peut écouter qu'avec un esprit sain et des nerfs solides, faute de quoi on prend le risque de sombrer dans la panique et le désespoir absolu. Cela ne ressemble à rien de connu, c'est un bloc de noirceur arraché aux plus profondes abysses, l'expression sonore de l'éternelle damnation où la souffrance des machines prend le pas sur l'humanité.
Aussi incroyable qu'abject, aussi fascinant que repoussant, Gnaw their Tongues transgresse ses propres limites pour nous offrir ce qu'il peut faire de plus extrême, la seule question étant : où s'arrêtera-t-il ?


Excellent !   18/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
146 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...